Richard Martineau répond aux insultes sur Sophie Durocher : « les gars qui ont peur de ça : F*** YOU »

Il a pris sa défense en direct à la radio.

Publié le par Monde de Stars dans Viral
Partager sur Facebook
0 0 Partages

Richard Martineau est réputé pour ne pas avoir la langue dans sa poche. Et il a tout récemment utilisé son micro pour se porter à la défense de sa conjointe, Sophie Durocher, victime d'insultes par des internautes, comme le rapporte le site web La Clique du Plateau. 

Voici tout d'abord le tweet en question qui a déclenché l'affaire :

Photo : Capture d'écran - Twitter - Courtoisie - Clique Du Plateau

« Alors, je reviens là-dessus. Il y a des gens... Ma blonde, Sophie Durocher, qui reçoit des courriels en disant "t'es la plotte à Martineau. Si c'était pas de lui, t'aurais pas d'émission de radio." J'aurais beau dire qu'elle a une maîtrise de Colombia. C'est peut-être l'école de journalisme la plus réputée au monde à New York. Sophie, elle avait une vie avant d'être avec moi. Elle avait une carrière avant d'être avec moi. Elle était journaliste pour La Presse. Elle a couvert un coup d'État en Haïti. Elle s'est fait tirer dessus comme journaliste d'enquête là-bas. Elle a eu des menaces de mort en Haïti. C'est elle qui a sorti le scoop, qui était un scoop international, qui a été repris par TOUS les journaux à travers le monde. Vous savez, les adeptes d'Aristide qui mettaient des pneus : tu mets un pneu autour de quelqu'un et tu mets le feu au pneu. C'est elle qui a sorti ce scoop-là qui a été repris partout. Elle a travaillé à Radio-Canada, elle a eu son émission de télévision. Elle a une carrière », énumère-t-il.

« Arrêtez, là. Dès qu'une fille perce, c'est la "plotte à", ou elle "a sucé quelqu'un". Ça, c'est dégueulasse. Le sexisme et la misogynie, ça existe encore. Il y a des femmes qui ont eu des jobs, pas parce que "c'est la plotte de", pas parce qu'elles ont sucé quelqu'un. Savez-vous quoi? Parce qu'elles sont bonnes. Et il y a des hommes qui ont peur des femmes qui réussissent. Et il y a des hommes qui ont peur des femmes d'opinion. Ben vous êtes des minables. Vous êtes épouvantables. Moi, je suis à côté d'une femme qui a une opinion, qui a sa carrière, qui a travaillé fort, qui a fait son nom, et je suis fier d'elle. Pis vive les femmes fortes, pis vive les femmes indépendantes. Pis les gars qui ont peur de ça : FUCK YOU », conclut-il. 

Écoutez l'extrait sur la page de La Clique du Plateau.

Partager sur Facebook
0 0 Partages

Source: La clique du Plateau · Crédit Photo: Facebook