Paul Arcand ramasse Guillaume Lemay-Thivierge en ondes après l’article coup de poing dans La Presse

Il ne mâche pas ses mots !

Publié le par Monde de Stars dans Viral
Partager sur Facebook
0 0 Partages

Après que La Presse eut révélé jeudi matin que Guillaume Lemay-Thivierge avait perdu son contrat de réalisation dans District 31, Paul Arcand est revenu sur cette histoire alors qu'il était en ondes au 98,5 FM

L'animateur déplorait encore les impacts des complotistes alors qu'il faisait sa revue de presse, au moment même au un projet de loi visant à interdire les antivaccins devant les écoles et les hôpitaux sera déposé. 

« Mes collègues de La Presse nous expliquent que  "Guillaume Lemay-Thivierge est un anti-vax, il ne s'en cache pas trop et en même temps, cela a un impact sur sa carrière" », a-t-il résumé. 

« Il fait partie de la rotation des réalisateurs de District 31. On l'a tassé. Il y a des règles sanitaires (...) Pour l'instant, lui, il n'a pas commenté. Ce n'est pas quelqu'un qui écrit à la tonne sur les réseaux sociaux; ce n'est pas Anne Casabonne, version gars, mais il paraît qu'il essaie de convertir aussi les gens à renoncer au vaccin en disant que c'est une opération de lavage de cerveau », ajoute l'animateur. 

Dans son article coup de poing signé Patrick Lagacé et Hugo Dumas, La Presse rapportait que le comédien avait essayé d'entrer dans les salles à manger de deux restaurants sans passeport vaccinal, en invoquant son statut de « gens spéciaux », et en ajoutant par la suite que cela signifiait qu'il n'était pas vacciné. Dans les deux cas, les restaurants auraient refusé qu'il vienne manger dans leur établissement. 

Le quotidien montréalais rapporte également que le comédien aurait contacté des collègues artistes pour leur dire qu'ils étaient dans l'erreur en adhérant aux mesures sanitaires mises en place par le gouvernement, les décrivant comme « un lavage de cerveau ».

Après avoir perdu son contrat avec District 31, Guillaume Lemay-Thivierge pourrait aussi avoir des problèmes avec ses autres projets professionnels, notamment à l'animation de Chanteurs masqués et dans l'émission Si on s'aimait. En effet, dès le 1er novembre, Québecor demandera le passeport vaccin à tous ses « employés, fournisseurs, visiteurs, sous-traitants et consultants », est-il écrit dans un avis interne consulté par La Presse.

 Mais ce n'est pas tout, si le comédien voulait venir en personne à Salut, bonjour ou à Ça finit bien la semaine après le 1er novembre pour promouvoir ses projets, il devra bel et bien avoir reçu deux doses de vaccin contre la COVID-19. 

Partager sur Facebook
0 0 Partages

Source: 98,5 FM · Crédit Photo: Facebook