Louis Morissette « perd ses mots » chaque fois qu'il parle à Yvon Deschamps

Un bel hommage !

Publié le par Monde de Stars dans Viral
Partager sur Facebook
0 0 Partages

Louis Morissette est un acteur, humoriste et scénariste talentueux dont les preuves ne sont plus à faire. Mais devant un monument de l'humour comme Yvon Deschamps, il en perd littéralement ses mots tant il l'admire. 

Jeudi, dans une publication sur Instagram, celui qui est également associé du groupe KO y est allé d'un long message pour rendre hommage à Yvon Deschamps, qui est remonté sur scène afin d'amasser des fonds pour la fondation Yvon Deschamps Centre-Sud. 

« Dans ma carrière, chaque fois que j’ai eu la chance de parler avec Yvon Deschamps j’en ai perdu mes mots, mes moyens, ma dignité. Sérieux je deviens starstruck comme une Nathalie de la Rive-Sud qui croise Vero au Costco. L’été dernier, par un bel après-midi de juillet, Yvon m’appelle pour savoir comment fonctionne la plateforme YOOP et exprime le souhait de remonter sur scène pour ses 85 ans.

Moi:
(Je bégaye) Tu... vous (je ne suis pas capable de tutoyer Yvon) allez faire un monologue??? (je bégaye encore plus) MAIS C’EST BEN MALADE YVON!!!! C’EST BEN HOT!!!

Yvon rit... et rit encore. Probablement devant mon vocabulaire limité.

Ce vendredi à 19:30 ce moment magique se produira. Yvon, accompagné d’artistes de la relève(!) amassera des fonds pour la fondation Yvon Deschamps Centre-Sud. Venez célébrer un être d’exception, une légende vivante, un phénomène de la nature. Rire et aider son prochain. Ça résume la carrière de Yvon et c’est le rendez-vous auquel vous êtes conviés.

L’accès est au YOOP.app (lien dans ma bio)

Merci YOOP, je pourrai voir le show des Îles de la Madeleine (suis en tournage aux Îles) », écrit-il sur Instagram. 

Rappelons qu'Yvon Deschamps a foulé les planches pour la première fois depuis des années. Et c'est mission accompli puisqu'il a réussi à amasser 325 000$ au profit de sa fondation.

Il avait également confié récemment au Journal de Montréal ses craintes par rapport à la pandémie. 

« Si je pogne la COVID, je suis mort. C’est merveilleux, on vit dangereusement. C’est comme marcher sur un fil de fer », a-t-il résumé, conscient de faire partie de la population à risque, du haut de ses 85 ans. 

Avec son épouse, Judi Richards, il passait auparavant les longs mois d'hiver en Floride, à l'instar de nombreux Québécois. Le couple est revenu prématurément au Québec le printemps dernier pour passer le temps entre ses maisons situées à L’Île-des-Sœurs et Morin-Heights.

Yvon Deschamps a confié craindre réellement le virus. « Ben oui ! Je risque ma vie, moi, là », a répondu l'humoriste au journaliste Raphaël Gendron-Morin alors que l'entrevue se déroulait dans un café, avant le passage de Montréal en zone rouge. 

Et si le gouvernement québécois s'est attiré de nombreuses critiques quant à sa gestion de la pandémie, Yvon Deschamps est de son côté plus indulgent. « Parce que c’est tellement compliqué, complexe, nouveau, mystérieux comme virus. [...] La seule chose que je n’ai pas aimée, c’est quand ils ont appelé les gens à faire de la délation. Ça fait appel à ce qu’on a de pire, de méchant en nous », a-t-il nuancé. 

Partager sur Facebook
0 0 Partages

Source: Instagram · Crédit Photo: Instagram