Geneviève Brouillette se confie sur ce qui l'attend après son départ de District 31

Tous les détails à l'intérieur.

Publié le par Monde de Stars dans Télé
Partager sur Facebook
0 0 Partages

Après avoir fait ses adieux à son personnage de Gabrielle dans  District 31 , Geneviève Brouillette s'est confiée au Journal de Montréal  sur ses projets futurs.  

« J’ai 52 ans. Je considère que je commence à être une adulte. La possibilité de femmes complexes que je pourrais jouer... J’en imagine plein! », a-t-elle déclaré au quotidien montréalais en riant. 

« Mais c’est comme essayer d’imaginer ton prochain chum quand tu deviens célibataire. Ça ne donne rien de faire ça, parce que c’est toujours l’affaire qu’on n’a pas imaginée qui se produit. Mais j’ai bien hâte, je suis très excitée, et je trouve ça très rafraîchissant, de penser que je vais rencontrer un nouveau personnage bientôt! », espère-t-elle. 

Depuis jeudi, où on a appris que Gabrielle Simard faisait ses adieux à ses collègues du district 31, Geneviève Brouillette multiplie les entrevues. Lorsque l'Agence QMI lui a parlé au téléphone, mardi matin, la comédienne profitait de la campagne avec sa chienne, Folie. 

« Je ne pensais pas faire autant d’entrevues pour expliquer que j’ai perdu ma "job" », a-t-elle constaté, en étant également surprise de la vague d'amour qu'elle a reçue de la part du public après son départ de  District 31

« C’est délicieux. C’est tellement fantastique. Je n’en reviens pas combien les gens sont gentils et bienveillants. C’est fou raide! Que des gens prennent le temps d’écrire des choses hyper gentilles et tendres, à quelqu’un qu’ils ne connaissent pas... Ça nous réconcilie avec le genre humain », s'est réjouie la comédienne. 

Au sujet de  District 31 , elle estime que cela lui a permis de « développer beaucoup, de raffiner mon instrument de travail. Je ne suis clairement pas la même actrice en sortant de là que je l’étais en entrant. Je pense que je suis beaucoup plus agile et souple, dans ma capacité à me "revirer sur un dix cents" au niveau des émotions et dans la façon de voir une scène. »

« Aussi, pour une actrice qui aimer jouer, de pouvoir le faire pendant huit mois par année, tous les jours, c’est rare dans une carrière. Ça, j’en ai profité, je l’ai dégusté. Je n’aurais peut-être pas cru que j’aurais su trouver mon bonheur dans un tel rythme, alors que, finalement, ça me convenait très bien », a-t-elle ajouté. 

Elle confie ne pas en vouloir du tout à Luc Dionne d'avoir préféré faire ses adieux au personnage de Gabrielle. « Il est seul à écrire 120 épisodes par année, et peu importe ce qu’il veut faire pour se rendre la vie plus facile, se relancer et se renouveler, il doit le faire », défend-elle.

Lisez l'article complet ici

Partager sur Facebook
0 0 Partages

Source: Journal de Montréal · Crédit Photo: Facebook