Voici le texte que François Legault a demandé aux Québécois de lire lors de son point de presse

Le PM veut que vous le lisiez...

Publié le par Monde de Stars dans Nouvelles
Partager sur Facebook
0 0 Partages

Si vous avez écouté le point de presse de François Legault aujourd'hui à 13h, quelques point ont dû retenir votre attention.

D'abord, il y a bien sûr le bilan le plus lourd sur le plan de mortalité avec 4 nouveaux décès. Un triste rappel du sérieux de la situation et de l'importance de suivre les consignes demandées par le gouvernement et le Dr. Horacio Arruda...

Certains d'entre vous auront aussi remarqué que le Premier Ministre a de nouveau insisté sur l'importance de ne pas se morfondre en-dedans à longueur de journée. Il a d'ailleurs invité tous les Québécois à lire le texte de Stéphane Laporte, publié ce matin dans La Presse, intitulé "On n'annule pas le printemps". Nous en avons choisi quelques extraits pour vous.

Le printemps n’a pas changé ses plans. Il est arrivé comme prévu. Il n’a pas besoin d’avion, le printemps. Il arrive par ses propres moyens. Il a débarqué, jeudi, à 22 h 50, précisément. Toujours à l’heure, le printemps. Il a remarqué qu’il n’y avait personne pour l’accueillir. Il a trouvé ça un peu bizarre. Puis, il s’est dit : ça doit être parce que cette année, j’arrive tard, le soir. Ils doivent être couchés. L’hiver a dû être éprouvant. Ils sont fatigués. Ils dorment.

"Vendredi matin, il nous attendait, le printemps. Devant notre perron, à l’arrêt d’autobus, devant la station de métro, là, où on est d’habitude, le vendredi matin. Prêt à nous prendre dans ses bras. Encore personne. Il a commencé à s’inquiéter. Ça doit être parce qu’il pleut. Les humains n’aiment pas la pluie. (...) Le printemps parcourt la ville : « Mais où sont-ils ? Mais où sont-ils ? Normalement, ces Québécois sont tellement intenses, tellement heureux de me voir, que même s’il fait encore froid, au premier rayon de soleil, ils enlèvent leurs gros manteaux, et sortent en t-shirt et en jupe, pour remplir les terrasses. » Personne nulle part. C’est effrayant. Le printemps angoisse." -Stéphane Laporte, La Presse

Il poursuit en imaginant une discussion entre le Printemps et une vieille dame sortie sur son balcon, qui explique au Printemps pourquoi les rues sont désertes... et le printemps lui répond:

"Je vous promets que tous les jours, vous ne serez pas seule, je serai avec vous, quand vous ferez votre marche. Vous ne me verrez pas. Mais je serai là. Dans chaque feuille dans les arbres, dans chaque brin d’herbe, dans chaque rayon de soleil, dans chaque nuage blanc, dans chaque oiseau qui chante, dans chaque fleur qui renaît. Et quand je partirai, je dirai à l’été de vous accompagner, aussi. Il est tellement chaleureux, lui. Ça va bien aller. On peut tout arrêter. Sauf la vie. La vie ne s’arrête pas. La vie continue. Toujours. Et il faut tout faire pour continuer avec elle. Alors, faites ce qu’on vous dit, et l’année prochaine, je serai là, bien sûr, et vous serez là aussi. Et on pourra se sauter dans les bras. »

La dame fait un léger sourire. Quitte son balcon. Et rentre chez elle.

Le printemps s’assoit dans le parc. Seul. Comme il ne l’a jamais été.

Les temps seront durs. Mais le printemps restera.

Les temps seront durs. Mais le printemps reviendra."-Stéphane Laporte, La Presse

Pour lire le texte de Stéphane Laporte dans sa version intégrale, c'est ci-dessous. 

Partager sur Facebook
0 0 Partages

Source: La Presse · Crédit Photo: Twitter