La journaliste Stéphanie Bois-Houde perd la vie de façon tragique à 47 ans

Repose en paix...

Publié le par Monde de Stars dans Nouvelles
Partager sur Facebook
303 303 Partages

C'est avec beaucoup de tristesse que nous avons appris, lundi, le décès de la journaliste Stéphanie Bois-Houde, qui a rendu l'âme il y a quelques jours, à seulement 47 ans.

Celle qui a été critique gastronomique pour le quotidien Le Soleil pendant 16 ans a été emportée par une longue maladie. Elle est décédée le 20 avril dernier.

Pendant 16 ans, elle a été un critique culinaire talentueuse, rigoureuse et hautement respectée, autant par ses collègues de travail que par les professionnels de l'industrie de la restauration. Les lecteurs adoraient également dévorer ses textes pour découvrir de nouvelles adresses gourmandes ou encore pour rêver en lisant des critiques sur des grands restaurants qu'ils n'osaient pas se payer.

Le Soleil lui consacre un très touchant article, lundi. En voici un extrait:

«L’œil bleu et vif, la bouclette insolente, notre collègue et amie Stéphanie Bois-Houde n’est plus. La critique gastronomique du Soleil a été emportée par une longue maladie le 20 avril, à seulement 47 ans.

Vous l’avez suivie dans nos pages pendant 16 ans pour découvrir une nouvelle adresse gourmande ou réessayer un restaurant établi. Elle est partie aussi discrètement qu’elle visitait les petites et grandes tables de la capitale, réservées sous des noms d’emprunt, comme Sophie Tremblay.

Ceux qui l’accompagnaient dans sa quête épicurienne, «l’ami(e)», «l’homme», «fiston», ont pu remarquer sa rigueur. Le calepin caché sous la nappe. Les notes prises à la dérobée. Elle pigeait dans toutes les assiettes pour déceler la subtilité des arômes, évaluer l’onctuosité d’une sauce, relever un manque de sel.

Jamais son sens critique ne l’a quittée. Il fallait l’entendre débattre avec la nutritionniste de l’hôpital qui lui proposait un grilled cheese.«Quand on connaît ceux de Chez Boulay, avec le pain moelleux et le fromage qui dégouline partout, non merci!»

Dans Le Soleil, elle saupoudrait ses critiques hebdomadaires de références à un film ou à une chanson, appréciait ou non la musique ambiante, décrivait avec précision et couleur les décors, jaugeait le service, la gentillesse, l’efficacité, se permettait quelques conseils pratiques et constructifs.»

En 2008, elle a fait paraître aux Éditions La Presse son guide Solutions Restos dans lequel elle remerciait notamment sa mère et sa grand-mère pour lui avoir transmis le goût du bon, du chic et du beau, en plus de lui avoir servi de cobaye.

Toutes nos pensées vont vers la famille et les proches en ces temps difficiles. Repose en paix, Stéphanie. 

Témoignages et condoléances

Plusieurs personnes ont utilisé les médias sociaux pour faire leur dernier adieu à Stéphanie Bois-Houde. En voici quelques uns:

«Bel hommage d'Alexandra Perron à ma collègue Stéphanie Bois-Houde, disparue beaucoup trop jeune. Nous sommes sous le choc. Pensées pour son conjoint Gilles Carignan et sa famille.»

«La critique culinaire de Québec Stéphanie Bois-Houde n'est plus. Grande tristesse !»

«Un pilier de la vie sociale et communautaire de Québec s'est éteint. Stéphanie Bois-Houde révélait sa ville et ses plaisirs de bouche avec sensibilité et respect. Un vide se crée dans les pages du et dans la vie de ses proches.»

«La vie peut être vraiment cruelle parfois... À la suite du départ deStéphanie, je pense à son mari Gilles Carignan et leur fils... Mes condoléances à toutes les personnes affectées par son décès. Gilles, si je peux faire quoi que ce soit, tu sais où me joindre. Toute ma famille pense à vous... Bon courage...»

«RIP. Une grande journaliste n’est plus»

«Il y a déjà presque 8 ans, j'écrivais un texte sur ma collègue et critique de restos Stéphanie Bois-Houde. Une femme charmante et discrète, dotée d'un esprit vif, d'une intelligence rare, et d'une force de caractère peu commune (voyez ce regard...). Nous n'étions pas des amies intimes, mais la croiser était toujours un plaisir.
Mais. 
Mais, malheureusement, sa route parmi nous s'est terminée vendredi, en raison de cette maladie maudite qui nous arrache tellement de gens qu'on aime... La vie est quelquefois vraiment très cruelle.
Salut Steph. Sache qu'on ne t'oubliera pas. ❤️»

«La critique gastronomique du journal Le Soleil, Stéphanie Bois-Houde, est décédée à l'âge de 47 ans. Durant 16 ans, elle aura visité « les petites et grandes tables de la capitale », annoncent ce matin ses collègues.»

«Voici Stéphanie Bois-Houde la demi-soeur de Anik Bois la fille de Ginette … Je vous la présente car elle est décédée hier après-midi suite d'une longue & souffrante maladie que l'on veut tous éviter … Le Cancer !!!»

Partager sur Facebook
303 303 Partages

Source: Le Soleil · Crédit Photo: Le Soleil