Une journaliste de Radio-Canada agressée pendant qu'elle était en direct à la télé

Un geste inacceptable

Publié le par Monde de Stars dans Nouvelles
Partager sur Facebook
2,263 2.3k Partages

Le métier de journaliste comporte des risques et c'est particulièrement vrai lorsqu'on fait du direct. La journaliste de Radio-Canada Yasmine Khayat l'a appris à ses dépends, cette fin de semaine, alors qu'un homme a décidé de profiter de sa position de vulnérabilité pendant qu'elle était en ondes, pour poser un geste déplacé. La jeune femme a partagé un message poignant sur sa page Facebook, dimanche, pour expliquer comment elle s'était sentie à ce moment où elle était bien impuissante et qu'un homme a décidé de venir ruiner le beau moment qu'elle était en train de vivre.

Voici le message plein d'émotion qu'elle a partagé, dimanche, sur Facebook:

« Au beau milieu d'un direct ce matin, un homme s'est dirigé vers moi, en marmonnant je ne sais quel charabia inaudible, au milieu d'un brouhaha festif de cyclistes sur le départ d'un long tour de la ville. L'homme se trouvait à ma droite et je le surveillais du coin de l'oeil. J'étais concentrée sur l'objectif de ma caméra car je vous parlais. Dans mon oreille droite, la voix de l'animatrice en studio me posait des questions et écoutait avec vous, attentivement mes réponses. Ce moment de deux minutes, qui passe en flèche dans un bulletin de nouvelles, j'ai mis beaucoup d'effort et de soin à le préparer. C'était le énième direct que mon équipe et moi vous livrions depuis les premières heures du jour. Nous mettions un point d'honneur à vous revenir chaque heure, avec de nouvelles images, de nouvelles entrevues. Sous la pluie fine ou battante, le caméraman, le technicien de transmission et moi même étions contents de tomber sur la meilleure shot, le meilleur vox pop. Dans la salle des nouvelles, un rédacteur soutenait nos efforts en peaufinant le tout...Vraiment, nous étions heureux...

Un homme a méprisé tout cet effort en se permettant de foncer vers moi. Il a décidé de faire je ne sais quoi sur mon visage, mon corps, ma bulle, mon espace vital, mon intégrité physique. Ce monsieur s'est cru permis de me toucher parce qu'il considérait que puisque j'étais là exposée au vu de tous devant ma caméra, il avait le droit bête et sauvage de me chosifier et de piétiner par la même occasion notre travail. J'ai toute ma vie milité pour que la femme ait sa place dans l'espace public. J'ai mené mon combat sous des cieux où l'égalité et la parité sont des utopies inatteignables. Et oui, en terme de harcèlement, j'ai vu, j'ai entendu et je me suis battue contre pire que ça. Mais cela n'attenue en rien le geste de cet homme, ni son impact. Il n'y a pas de nuances ni de degrés dans le harcèlement. Ce geste qui n'a duré qu'une fraction de secondes ne m'a pas empêchée de continuer mon travail qui s'est poursuivi jusqu'en fin d'après-midi. Ce n'est qu'une fois mon devoir accompli que j'ai pu ruminer pour ne pas dire recracher cet incident qui manque amèrement de dignité. Le respect vous fait défaut monsieur. Vous avez manqué de jugement et pour cela, je me permets de vous juger. »

Partager sur Facebook
2,263 2.3k Partages

Source: Facebook · Crédit Photo: Facebook