Une comédienne des Pays d'en haut avoue être bisexuelle

Comme dans la série...

Publié le par Monde de Stars dans Nouvelles
Partager sur Facebook
53 53 Partages

C'est fou comme la réalité et la fiction se retrouvent parfois. C'est notamment le cas pour la comédienne Romane Denis qu'on a vue dans le rôle de Pâquerette dans Les Pays d'en haut. Son personnage avait semé l'émoi, lors d'une saison précédente, parce que Donatienne lui avait révélé sa flamme et que les deux femmes avaient échangé un baiser. 

Dans une longue entrevue sur le Huffington Post Québec, la jeune comédienne qu'on a également pu voir dans La Dérape et Charlotte a du fun s'ouvre avec beaucoup de franchise sur sa bisexualité qu'elle accepte d'aborder publiquement pour la première fois. C'est en parlant de son personnage dans la série Nomades, qui est ouvertement bisexuel, que Romane Denis a décidé de s'ouvrir sur sa propre sexualité.

Voici quelques extraits de l'entrevue que l'on vous suggère fortement de lire en intégralité sur le site du HuffPost Québec:

«J’ai été tellement contente de défendre mon personnage dans Nomades, car c’est un personnage principal qui est ouvertement bisexuel, explique-t-elle candidement. J’ai trouvé ça absolument génial, car il n’y a pas assez de ce genre de représentation à l’écran. Nous, les jeunes, à cet âge, on se cherche et si on ne se retrouve que dans des émissions américaines ou dans des trucs où la quête principale du personnage est sa sexualité, ce n’est pas pareil. Là, ce n’est pas cela du tout. On dit simplement : ‘Au fait, je suis bi, mais ce n’est pas ça ma quête’.»

«Je trouvais ça le fun de normaliser, de banaliser et de pouvoir offrir cela aux gens, carj e suis moi-même bisexuelle et je pense que je l’aurais réalisé beaucoup plus rapidement si j’avais eu de tels modèles. Je n’aurais sans doute pas eu, non plus, de questionnement à savoir si je devais en parler publiquement ou pas, ni même à qui en parler. Ça aurait été naturel.»

«Je trouve ça vraiment le fun et touchant de pouvoir dire aux jeunes : ‘Regarde comme ça se passe bien et ce n’est pas stressant, tu ne te feras pas intimider, on n’est plus là, il faut aller ailleurs!’ Ça m’a touchée de jouer ce rôle et c’est ce qui me pousse à en parler plus ouvertement aujourd’hui. Même si tu n’as pas vraiment peur d’avoir des réponses négatives, tu te dis tout de même que le regard des gens va changer. Mais finalement non, pas tant que ça, même si c’est quelque chose qui te reste toujours derrière la tête.»

C'est vrai qu'elle est un merveilleux exemple pour les jeunes. Bravo, Romane!

Partager sur Facebook
53 53 Partages

Source: Huffington Post Québec · Crédit Photo: Facebook