Un grand journaliste québécois est décédé et le monde des médias est en deuil

C'est tellement triste...

Publié le par Monde de Stars dans Nouvelles
Partager sur Facebook
112 112 Partages

C'est une triste journée dans le monde des médias au Québec alors que le très réputé journaliste Claude Gingras a rendu l'âme, dimanche matin, à 87 ans. Le critique musical a travaillé pendant plus de 60 ans au quotidien La Presse. Il est décédé dimanche vers 6h30 au Centre hospitalier de l'Université de Montréal, selon ce qu'un ami proche a confirmé à La Presse.

Il souffrait d'un cancer des os depuis plusieurs années et sa condition s'était grandement détériorée au cours des derniers mois. De nombreuses personnes ont tenu à témoigner leur respect et leur admiration envers Claude Gingras, sur les médias sociaux. Voici quelques témoignages qui ont été publiés sur les médias sociaux.

Alexandre Pratt: «Mon ancien collègue Claude Gingras s’est éteint ce matin. En 60 ans de carrière, il a vu des milliers de concerts, dansé avec Lauren Bacall, soutiré des confidences à Maria Callas, connu les PM et les grands de ce monde. Une vie bien remplie.»

Véronique Lauzon: «Claude, je ne vous l’ai jamais dit, mais je ne me prénomme pas Frédérique.... j’étais trop timide pour vous corriger. Et finalement, j’aimais ça être votre Frédérique. Reposez en paix, mon cher. Ce fut un réel plaisir de travailler avec vous.»

Marie-José Raymond: «Claude Gingras est venu au 1er concert que nous avions organisé chez une amie qui avait une grande maison pour Yuli Turovski qui venait d’arriver à Montréal avec sa femme et leur petite fille.»

Marie Montpetit: «Quelle triste nouvelle. Le monde de la musique perd un grand personnage. Comme étudiants en musique, c’était l’angoisse de le savoir dans la salle... mais combien il nous poussait toujours à la rigueur & à l’excellence! Mes plus sincères condoléances à ses proches. »

Voici un extrait de ce que La Presse rapporte, dimanche:

«Claude Gingras avait pris sa retraite de La Presse le 31 décembre 2015. Ce jour-là, fidèle à sa coutume de fin d'année, il avait signé sa nécrologie musicale annuelle, dressant une liste exhaustive des chefs d'orchestre, musiciens, compositeurs et artistes lyriques disparus durant l'année.

« Cette chronique marque, pour celui qui la signe, le départ définitif à la retraite, avait-il écrit dans son article. Une retraite qu'il souhaite depuis assez longtemps et qui lui permettra, enfin, d'écouter la musique qu'il chérit et les interprètes qu'il estime. »

Pour employer un vieux cliché, Claude Gingras n'a jamais laissé personne indifférent. Il était connu pour son franc-parler. Il usait d'un style limpide, vif, précis, parfois sec et tranchant, style que d'aucuns qualifiaient d'assassin. Il pouvait réduire en miettes un nouvel enregistrement et un concert ou mettre au bûcher un ou une interprète dont il n'avait pas apprécié la performance ou le manque d'ouverture d'esprit en entrevue.»

Toutes nos pensées à la famille et aux proches de Claude Gingras en ces moments particulièrement difficiles. 

Partager sur Facebook
112 112 Partages

Source: La Presse · Crédit Photo: Fotolia