Suzie Villeneuve très émotive en parlant de sa relation avec sa soeur Annie, à Deux filles le matin

Un beau moment de télévision!

Publié le par Monde de Stars dans Nouvelles
Partager sur Facebook
0 0 Partages

Suzie Villeneuve a fait son grand retour dans le paysage culturel québécois, au cours des derniers mois, en participant à l'édition 2020 de La Voix. On s'en souvient, la chanteuse a créé toute une commotion en se présentant aux auditions à l'aveugle et elle a finalement décidé de faire partie de l'équipe Garou, dont elle a été la finaliste.

C'est finalement la jeune Josiane Comeau qui a remporté la compétition, mais la belle Suzie a tout de même réussi haut la main son retour sous les projecteurs et c'est avec énormément de bonheur que le public québécois a retrouvé celle qu'il avait découverte 17 ans plus tôt lors de la toute première édition de Star Académie.

Mais entre Star Académie et La Voix, Suzie Villeneuve a traversé plusieurs périodes difficiles et elle s'est confiée à Marie-Claude Barrette, sur le plateau de l'excellente émission Deux filles le matin dans le cadre d'une émission sur le courage de se choisir. Elle a abordé plusieurs sujets dont sa relation avec sa soeur jumelle Annie Villeneuve.

Voici ce qu'elle a affirmé, dans un segment de télévision plein de transparence:

« C'est intense et douloureux de repenser à ça, je me suis rendue au bout du bout. Je me suis rendue au bout de ce que j'étais capable de supporter. Je me suis rendue à un moment où je me suis demandé si ça valait vraiment la peine de vivre et de continuer avec cette douleur-là. Et en même temps, ce que je ressentais en dedans de moi tellement fort c'est que je savais que j'étais dans le champ à ce moment-là et que je ne trouvais pas mes repères, mais je sentais qu'il y avait quelque chose de plus grand et qu'il me manquait des outils pour y avoir accès.

Mais je le savais que ça existait et c'est ça qui vivait fort en moi. Autant que le malaise et vide qui étaient toujours présents. Je voulais me faire aimer et je cherchais toujours l'approbation à travers le regard des autres. Mais quand je me retrouvais toute seule avec moi-même, je n'étais jamais sûre de rien, je n'étais pas solide. 

À 33 ans, j'ai demandé de l'aide. Elle m'a demandé pourquoi j'étais là et la seule chose que j'ai trouvé à lui dire c'est que je sentais qu'il y avait moi, qu'il y avait un vide, et qu'il y avait une grosse carapace. Et j'ai l'impression d'être une moitié de quelque chose. 

Je sais que la comparaison avec ma soeur, il y a des choses que j'ai dû apprendre à libérer aussi. À travers son regard, aussi, je validais mes propres choix. On est deux individus à part entière. Ce n'est pas toujours évident quand il y a quelqu'un pareil à toi à côté de ne pas subir cette comparaison-là et de ne pas s'auto-comparer parce que c'est facile aussi se juger, on est toujours en constant jugement et le petit hamster est toujours en train de tourner. »

Voici la vidéo en question qui a été publiée sur la page Facebook de Deux filles le matin:

« Suzie Villeneuve s'est rendue au "boutte du boutte" avant d'amorcer un travail d'introspection pour en venir à se choisir. Elle se validait auparavant à travers le regard de l'autre, dont sa soeur jumelle. »

Voici un autre extrait du passage de Suzie Villeneuve sur le plateau de Deux filles le matin:

Partager sur Facebook
0 0 Partages

Source: Deux filles le matin · Crédit Photo: Deux filles le matin