Stéphane Laporte publie un texte terriblement émouvant et bouleversant suite au décès de sa mère

C'est si beau.

Publié le par Monde de Stars dans Nouvelles
Partager sur Facebook
4,318 4.3k Partages

La semaine dernière, Stéphane Laporte vivait un deuil terrible. Il en avait d'ailleurs parlé sur son compte Facebook personnel. Ce samedi, c'est avec une plume encore plus touchante qu'il en parle, dans un texte écrit pour La Presse +. Son hommage vous parlera et vous ne saurez éviter de pleurer, tellement c'est beau et triste.

Voici un extrait du texte, disponible sur La Presse +.

«Ma mère est couchée dans sa chambre toute rose. Cette chambre où j’allais me réfugier quand j’avais peur la nuit. Quand j’avais fait un mauvais rêve et que je n’arrivais pas à m’en sortir. Elle me prenait dans ses bras, me chuchotait à l’oreille, pour ne pas réveiller mon père : « Tout va bien aller, Stéphane… » Et tout allait bien, parce qu’elle était là.

Ma mère est couchée dans son bon vieux lit. Ce lit dans lequel j’allais faire des siestes, l’après-midi. Durant ces années avant l’école, où toutes mes journées tournaient autour de maman. On se collait, l’un sur l’autre. Elle me lisait des contes de fées. Et durant cette heure-là, j’avais l’impression d’en vivre un, parce que j’étais avec elle. Et qu’elle était la plus belle.

Ma mère est couchée, les yeux ouverts. Ses yeux qui m’ont toujours regardé avec amour. Qui ont toujours cru en moi. Et même si plein d’autres yeux me regardent froidement, me regardent avec dédain, parce que je ne suis pas comme eux, parce que je suis différent, ça ne m’arrête pas. Ça ne me brise pas. Parce que c’est ceux de maman qui comptent pour moi. C’est elle qui sait qui je suis. Ce dont je suis capable. C’est elle qui m’a fait. Avec amour.

Ma mère est couchée, je lui tiens la main. Cette main que j’ai tenue pour aller à l’école. Pour traverser la rue. Pour monter les escaliers. Pour aller dans la mer. Pour aller partout où je voulais aller. Un jour, je l’ai lâchée. Pour devenir un homme.

Et toutes les autres mains qui viennent se blottir dans la mienne, pour m’aimer ou pour m’aider, c’est à cause de la sienne, si je sais les serrer. Si je sais les aimer, si je sais les aider, en retour.»

On vous encourage fortement à lire le texte en intégralité ici.

Partager sur Facebook
4,318 4.3k Partages

Source: La Presse + · Crédit Photo: Instagram Stéphane Laporte