Patrick Lagacé commente avec aplomb l'affaire Julien Lacroix, à Bonsoir Bonsoir

Un moment de télévision très fort

Publié le par Monde de Stars dans Nouvelles
Partager sur Facebook
0 0 Partages

Patrick Lagacé était de passage sur le plateau de Bonsoir Bonsoir, mardi soir, et il a beaucoup été question de la vague de dénonciations sans précédent qui a déferlé sur le Québec depuis un mois. Le chroniqueur de La Presse a récemment signé une chronique très nuancée et pertinente sur le sujet et Jean-Philippe Wauthier a eu envie d'approfondir le tout.

L'animateur a demandé à son invité de commenter l'affaire Julien Lacroix qui a été dénoncé par neuf femmes dans une enquête publiée par Le Devoir et qui a rapidement réagi sur les médias sociaux en publiant une réponse qui n'a pas fait l'unanimité.

« C'était probablement la réponse très maladroite de quelqu'un qui était apeuré, qui voyait son univers en train de s'écrouler. Il n'y a pas de mode d'emploi pour la façon de réagir dans une situation semblable. Dans sa première version, il disait qu'il n'avait pas eu l'occasion de commenter. La vérité c'est que Le Devoir lui a demandé à plusieurs reprises de commenter, lui a offert de donner sa version, il a choisi de ne pas le faire. 

Mais je reviens là-dessus: comment tu réagis dans une situation semblable? Je ne le sais pas. Sa deuxième réaction était, disons, moins pire. Mais ce que je lui souhaite à ce gars-là c'est de se faire soigner. Il a clairement des enjeux personnels, psychologiques, de comportement, qui sont assez graves. »

Depuis le début de cette vague, le thème de l'éducation des garçons revient très souvent. Jean-Philippe Wauthier a demandé à Patrick Lagacé comment il agissait envers son fils de 14 ans pour aborder la question.

« Avant d'aborder la question, comme dans tout comme parent, il faut essayer de prêcher par l'exemple. Je ne parle pas de façon dérogatoire des femmes, je ne parle pas de façon dérogatoire des minorités, des gais...et ça tu espère que ça finisse par déteindre. Mais moi j'ai appris ça aussi à la maison. Je te donne l'exemple je pense que j'avais neuf ans et devant ma mère j'ai dit "les importés". Ma mère m'a passé le savon du siècle. 

J'avais un coéquipier noir quand j'étais Pee-Wee au hockey, il n'y avait pas beaucoup de Noirs à cette époque-là à Laval, il était la cible de quolibets racistes et ma mère allait engueuler les parents de l'autre équipe. Ça crée une impression. Après ça, est-ce que ça veut dire que parce que tu fais ça, ton enfant ne va pas devenir raciste, sexiste, etc? Je ne le sais pas. J'espère que ça lui donne l'exemple. 

Mais il y a l'école, il y a les messages que la société envoie... Honnêtement, moi j'ai un peu le vertige quand je constate à quel point ce n'est pas le même monde pour les hommes et les femmes. Pour les femmes, du berceau jusqu'au cercueil - et je n'exagère presque pas - il y a un risque d'agression sexuelle. Les gars quand on sort de l'adolescence, c'est pas mal fini. J'ai le vertige quand j'essaie de voir comment on va juguler ça, ces comportements-là. »

Voici l'extrait en question, qui a été publié sur la page Facebook de Bonsoir Bonsoir:

Partager sur Facebook
0 0 Partages

Source: Bonsoir Bonsoir · Crédit Photo: Bonsoir Bonsoir