Lulu Hughes se vide le coeur: “J'étais désabusée, j'étais en dépression”

La chanteuse a vécu des moments difficiles...

Publié le par Monde de Stars dans Nouvelles
Partager sur Facebook
244 244 Partages

Une touchante vidéo musicale mettant en vedette Lulu Hughes et sa chanson «On ne s'aime plus» fait actuellement fureur sur les réseaux sociaux. 

L'interprète, survivante du cancer, lance un puissant cri du coeur à travers ces images poignantes et empreintes d'une certaine mélancolie. On parle ici d'une vidéo tournée lors d'un périple dans le pays d'origine de son père, soit l'Irlande, alors qu'elle était en pleine rémission d'un cancer du sein, seulement huit mois après avoir terminé ses traitements de chimiothérapie. 

«Avec tout ce qui s’est passé dans ma vie, je voulais penser à moi, déclare-t-elle. Ce clip vient vraiment donner une voix et une émotion à tout ce que j’ai vécu au cours des dernières années. C’est gris, c’est sombre, mais en même temps, c’est super beau, c’est prometteur et c’est libérateur. Tout y est.» a-t-elle confié au Journal de Montréal.

Mais un autre cri du coeur s'y cache, cette fois-ci beaucoup plus secret et mieux caché. 

Avec cette chanson et vidéoclip, Lulu Hughes espère qu'enfin elle sera approchée par une maison de disque qui souhaiterait produire son disque. «J’espérais une telle réaction, mais c’est tellement dur de prévoir les coups maintenant. J’ai fait des clips à 25 000 $ qui n’ont jamais joué ! Je suis vraiment, vraiment contente.» dit-elle.

Elle a beaucoup de chansons, plein de choses à dire et elle espère le faire en musique. C'est donc un important message dans l'univers qu'elle vient de lancer, espérant se retrouver bientôt entre de bonnes mains et en studio pour un enregistrement...

« Comme plusieurs artistes qui ont connu un certain succès, quand ta carrière va moins bien, tu as l’impression que c’est fini. Je croyais que je n’étais plus bonne à rien. J’étais rendue trop vieille. J’étais trop ci, trop ça, pas assez ci, pas assez ça... J’étais désabusée. J’étais en dépression. Il n’y avait plus rien qui ne valait rien. » Lulu Hughes, Journal de Montréal

Mais son diagnostic a changé sa vision des choses et maintenant, elle veut aller de l'avant... 

On lui souhaite la meilleure des chances pour la suite, vraiment!

Partager sur Facebook
244 244 Partages

Source: Journal de Montréal · Crédit Photo: Radio-Canada