Louis T donne son opinion sur l'affaire Julien Lacroix et son statut devient viral

Bien dit!

Publié le par Monde de Stars dans Nouvelles
Partager sur Facebook
0 0 Partages

Le monde de l'humour a été fortement touché par la vague de dénonciations sans précédent qui déferle sur le Québec, avec notamment l'affaire Julien Lacroix qui a fait énormément de vagues depuis que Le Devoir a publié un article contenant les allégations de neuf femmes qui affirment avoir été victimes d'agressions ou d'inconduites sexuelles de part de l'homme de 27, au cours des dernières années.

Plusieurs humoristes ont commenté la situation, tandis que d'autres ont choisi de se taire face à ce dossier extrêmement délicat. On a lu plusieurs textes d'opinions et plusieurs analyses sur le sujet et on doit dire qu'on a trouvé particulièrement intéressant et nuancé le statut que Louis T a publié sur sa page Facebook, au cours des derniers jours.

C'est vrai que les dénonciations actuelles nous amènent à nous questionner, à revoir nos façons de faire et repenser aux comportements qu'on a eus dans les dernières années. Et surtout, comment doit-on agir envers une personne dont le nom est évoqué dans les listes de dénonciations, sans pour autant qu'il y ait eu d'accusations formelles.

C'est le cas dans le milieu de l'humour et Louis T a été confronté à ce genre de dilemme, récemment.

Voici un extrait de son statut qui a récolté plusieurs milliers de mentions j'aime, en plus d'avoir été partagé près de 150 fois:

« Ce sera un peu long, désolé.

En parler ou ne pas en parler? Pas évident…
D’un côté il y le silence et l’écoute, de l’autre pendre parole pour contribuer au changement. Le spotlight qui devrait probablement être mis sur les victimes plutôt que les gérants d’estrade.

Dans la balance, j’ajoute mes prises de positions récentes ou moins récentes qui viennent avec une forme de responsabilité, pour être conséquent. Et le silence qui peut parfois être reproché et interprété comme une prise de position en soit.

Tout d’abord un petit recul dans le temps. Pour le contexte.
Il y a un près de 2 ans, une liste d’humoristes s’est mise à circuler dans notre milieu. Des humoristes à qui on reprochait différentes inconduites sexuelles. Allant de propos déplacés jusqu’au harcèlement et l’agression sexuelle.
Pour certains d’entres eux, ce n’était pas une très grandes surprises. Ils avaient déjà une réputation et nous avions déjà entendu des histoires. Il s’agissait pour la plupart d’humoristes avec qui je ne collaborais déjà pas. Soit en choisissant de ne pas les inviter sur mes projets. Ou encore parce que nos valeurs étaient tellement opposées, ainsi que nos styles d’humour, que nous étions tout simplement jamais invité sur les mêmes spectacles. Ce qui faisait bien mon affaire.
Mais j’en prendrai aucun mérite, pas travailler avec des gens parce que ça adonne pas, ça prend pas beaucoup de courage.

Pour d’autres noms, c’était une surprise. Pas nécessairement parce que je croyais qu’ils étaient vertueux et parfaits, mais parfois tout simplement parce qu’ils n’étaient pas de ma génération, que nous ne fréquentions pas les mêmes endroits ou les mêmes gens. Je n’étais donc pas au courant de leurs agissements.

J’ai décidé, comme plusieurs autres, d’accorder de la crédibilité à cette liste. Et donc d’enquêter un peu. Pour savoir qu’est-ce qu’on leur reprochait, qu’elles étaient les allégations à leur sujet. On parlait à l’époque d’une liste de gens à qui on reprochait d’avoir tenu des propos déplacés ou des blagues choquantes, jusqu’à l’agression sexuelle. Sans savoir qui avait fait quoi.
À tort ou à raison, comme plusieurs autres humoristes, j’ai voulu faire une forme de gradation, pour tracer une ligne. Avec qui je refuserais à l’avenir de travailler, avec qui j’accepterais, si j’observais un changement de comportement, une prise de conscience, un désir de réparation.
Je sais qu’on parle beaucoup de la présomption d’innocence. Elle a toujours été respecté d’un point de vue juridique. Maintenant, d’un point de vue personnel, on est toujours bien libre de choisir avec qui on veut ou ne veut pas travailler. C'est de cette liberté que je me réclamais. »

Voici le long statut en question, que l'on vous suggère fortement de lire en intégralité:

Partager sur Facebook
0 0 Partages

Source: Facebook Louis T · Crédit Photo: Facebook Louis T