Les Québécois sont-ils racistes? Boucar Diouf nous a offert la meilleure réponse

Un regard éclairant, comme d'habitude

Publié le par Monde de Stars dans Nouvelles
Partager sur Facebook
443 443 Partages

Boucar Diouf était invité sur le plateau de l'émission Deux hommes en or, diffusée vendredi dernier sur les ondes de Télé-Québec, pour parler de la sortie de son livre «Apprendre sur le tas, La biologie des bouses et autres résidus de digestion». Il a donc expliqué pourquoi il s'était intéressé aux matières fécales des animaux et on doit dire que ça a donné lieu à une excellente entrevue.

On ne sait pas pour vous, mais on trouve que Boucar Diouf est l'une des personnalités publiques québécoises les plus éclairantes et inspirantes. Mais le segment le plus intéressant de son passage à Deux hommes en or a été lorsque les co animateurs Patrick Lagacé et Pierre-Yves Lord l'ont questionné sur l'actualité politique et sociale québécoise.

D'abord, il a été d'une analyse fort intéressante sur l'élection de la Coalition avenir Québec, le 1er octobre dernier. 

«Ce qui m'a fait du bien c'est de réaliser que cette fois-ci le changement a été initié par l'extérieur de Montréal. Je pense qu'il y a à Montréal, et je le répète tout le temps, un espèce de nationalisme montréalais où on est là et on dit "Nous, nous sommes l'immigration, nous sommes l'ouverture, et ailleurs les gens sont fermés." Et moi ça me tape sur les nerfs. Parce que je suis quelqu'un qui a sillonné le Québec de l'est en ouest, du nord au sud. Et partout dans cette nation on trouve des gens ouverts. Je répète souvent aux gens de Montréal. Les seuls endroit où on a élu des maires issus de la diversité, c'est à Amos en Abitibi et à Mont-Laurier. Les gens des régions ne sont pas fermés. Mais à force de les regarder comme ça, il y a un espèce de discours de Montréal qui regarde tout le temps les régions d'une façon tellement condescendante qu'à un moment donné, tu te dis qu'il faut que ça arrête.»

Il a ensuite poursuivi en parlant de la montée de Québec solidaire et en disant notamment qu'il n'était pas fan de leur vision du multiculturalisme, calquée selon lui sur le modèle britannique qui s'est avéré être un échec.

Pierre-Yves Lord a fait remarquer à Boucar Diouf que s'il était blanc on dirait peut-être de lui qu'il est raciste. «Lorsqu'on parle d'immigration et qu'on critique le multiculturalisme souvent il y a des critiques de racisme qui surgissent.»

Ce à quoi Boucar Diouf répond: «Trouves-tu qu'on abuse beaucoup du mot racisme ici?» Et P-Y Lord de répondre: «Je trouve qu'il sort à toutes sauces. Et j'ai l'impression que le fait d'être une minorité et le fait d'avoir la peau foncée des fois ça peut nous offrir une certaine immunité quand on parle de ces sujets-là.»

Et c'est alors que le co-animateur de Deux hommes en or demande à son invité: «Est-ce que les Québécois sont racistes?»

«Le Québécois n'est par parfait, répond Boucar Diouf. Mais on ne peut pas dire que les Québécois sont racistes. J'ai vu la manifestation l'autre jour où les gens viennent parler de racisme. On parle de religion, tu parles de racisme. La religion ce n'est pas une race. Le racisme c'est quelque chose de très grave. Une race on ne la choisit pas. Mais je pense qu'il y a une dérive très dangereuse, celle qui consiste à sortir la grosse pancarte et à toutes les petites anicroches on sort la pancarte, on taxe les gens de racistes, on le hurle, en pensant qu'on règle quelque chose. Mais moi j'appelle ça l'éclairage de face. Quand tu es sur scène et tu es éclairé de face, tu oublies que la pénombre s'installe autour de toi. Ça règle pas la chose. Le vivre ensemble c'est une recherche de consensus.»  

Voici la vidéo en question:

Partager sur Facebook
443 443 Partages

Source: Deux hommes en or · Crédit Photo: Radio-Canada