Les femmes agressées par Gilbert Rozon veulent le faire payer...

Tous les détails à l'intérieur...

Publié le par Monde de Stars dans Nouvelles
Partager sur Facebook
479 479 Partages

Les femmes agressées sexuellement par Gilbert Rozon se sont rassemblées en un groupe pour intenter une action collective contre le magnat de l'humour. 

Celles-ci veulent le faire payer et lui demande notamment plus de 10 millions de dollars en «dommages punitifs», explique le Journal de Montréal. «Le temps où les hommes de pouvoir agressent et harcèlent sexuellement les femmes de leur entourage en toute impunité est révolu», peut-on lire dans le document de cour.

Le groupe en question s'est même donné un nom: Les Courageuses. En effet, il fallait bien du courage pour dénoncer une si grosse tête de l'industrie.

Il y aurait 20 victimes alléguées, agressées entre 1982 et 2016, et selon le groupe, il y en aurait beaucoup d'autre qui n'ont pas encore osé parler. 

Mais Les Courageuses ne demandent pas seulement de l'argent, elles veulent aussi que Gilbert Rozon soit qualifié comme un «prédateur sexuel». «Il a profité du silence, de la crainte, de la honte et de l’impossibilité d’agir de ses victimes pour continuer sa prédation sans jamais cesser de grandir en prestige et popularité», indiquent-elles. 

Il s'agit là du pire châtiment pour un homme, surtout pour un homme d'affaires, surtout pour un homme d'affaires avec une vie publique. 

Décidément, si Gilbert Rozon est qualifié comme prédateur sexuel auprès des autorités compétentes, on risque de ne plus jamais le revoir. L'homme d'affaires disparaîtra dans la brume. 

Patricia Tulsane est la «membre désignée» du recours collectif. L'actrice aurait été violée par le PDG de Juste pour rire. Pour lire son troublant témoignage et comprendre l'enfer qu'elle a vécu, allez au bas de l'article.  

«En effet, Rozon a agi avec un mépris pour les droits de ses victimes qui mérite la dénonciation la plus claire qui soit», disent-elles. «Une condamnation, même importante d’après les standards habituels, n’aurait pas l’effet voulu par le législateur».

Voici le témoignage de Patricia Tulsane:

Les faits se seraient déroulés à Paris en 1994. Dans une entrevue avec la journaliste de Radio-Canada Karine Bastien, elle raconte qu'elle faisait partie de la distribution du Dîner de cons, produit par Juste pour rire, et que suite à un souper pour souligner la dernière représentation, Rozon l'a raccompagnée chez elle et a insisté pour rentrer.

Gilbert Rozon a réagit d'avance aux accusations qui ont été portées contre lui un peu plus tard dans la soirée, CLIQUEZ ICI POUR EN SAVOIR PLUS.

Pour en savoir plus sur les allégations portées contre lui, CLIQUEZ ICI.

«J'ai dit bon bien Gilbert au revoir, c'était une belle soirée, merci. Il pousse la porte et rentre dans l'appartement. La première chose que je me souviens il me plaque au mur, m'embrasse et m'enlève ma robe. Je ne savais pas comment réagir. Je me suis dit soit on s'en va vers une bagarre, soit je le laisse faire, ça dure 10 minutes et c'est terminé. Et c'est exactement ça qui s'est passé.»

La comédienne a ressenti un sentiment de honte et de culpabilité qui l'a empêché de porter plainte pendant des années. Mais suite aux sorties publiques des derniers jours, notamment celles de l'animatrice Pénélope McQuade et de la comédienne Salomé Corbo, elle a décidé elle aussi de dénoncer.

«C'est ça qui est épouvantable. Moi je ressentais la honte et la culpabilité que lui aurait dû ressentir. Visiblement il ne ressentait pas parce que je l'ai recroisé quelques temps après dans un vernissage et il m'a dit tout bonnement "excuse-moi, je n'ai pas eu le temps de te rappeler". Je lui ai dit Gilbert, ne te sens surtout pas obligé de me rappeler. C'est incroyable! Lui, il pense qu'on a eu une relation consensuelle, agréable, le fun.»

Voici son troublant témoignage dans la vidéo ci-dessous:

Partager sur Facebook
479 479 Partages

Source: Journal de Montréal · Crédit Photo: Keystone Press