Le comédien Normand Chouinard a vécu des moments extrêmement difficiles au cours des derniers mois

Un récit qui donne froid dans le dos

Publié le par Monde de Stars dans Nouvelles
Partager sur Facebook
730 730 Partages

Le comédien Normand Chouinard a réellement craint le pire, au cours des derniers mois. Après avoir été hospitalisé d'urgence pour un streptocoque, les médecins lui ont annoncé qu'il était atteint du cancer. Avec trois projets de mise en scène et un voyage à Paris qui s'en venaient, il voyait son monde s'écrouler, du jour au lendemain. Heureusement, Normand Chouinard va beaucoup mieux aujourd'hui. Récit d'une année complètement folle.

Dans la plus récente édition du magazine La Semaine, le comédien s'est confié sur l'année 2018 qui a été un véritable enfer pour lui. Voici certains extraits de l'entrevue que l'on vous encourage fortement à lire en intégralité dans les pages du magazine La Semaine:

« Tout a débuté en mars. Ç'a été exactement comme si la course de ma vie s'arrêtait soudainement. J'étais ici, chez nous. Ma fille, Rosine, me parlait, mais j'étais incapable de lui répondre. Je ne savais plus où j'étais. Je ne me souvenais même plus de mon nom... Je faisais environ 41 de fièvre. Elle a aussitôt appelé une ambulance. Après avoir fait baisser ma fièvre, on a rapidement découvert que j'avais un streptocoque. J'ai dû prendre des antibiotiques. Ils m'ont posé une batterie de questions sur ma santé. J'ai mentionné que j'avais des saignements. On m'a fait passer coloscopie, qui a révélé la présence d'une tumeur. On m'a a alors dit que j'avais un cancer. 

J'ai demandé si ça se soignait. Ils m'ont dit que oui, avec de la radiothérapie et de la chimio - ce qui est le traitement approprié dans ces cas-là. Je me suis immédiatement braqué, protestant que je ne pouvais pas le subir tout de suite. J'étais en train de régler ça comme quand on parle à un producteur. "On pourrait faire ça à l'automne..." L'interne et le médecin se sont regardés et m'ont dit: "Vous n'avez pas compris, Monsieur Chouinard. Il faut tout arrêter."

J'avais trois projets de mise en scène que j'allais être obligé d'abandonner. Je trouvais absolument inconcevable de devoir tout arrêter. Après, je devais partir un mois pour Paris. J'avais bel et bien frappé le mur. 

Les médecins tentaient de repérer des cellules cancéreuses pour pouvoir les traiter, mais ils ne trouvaient rien. Du mois de mars jusqu'à la fin juin, ils ont cherché sans relâche, multipliant les scans et les IRM. On me disait que c'était un cancer parce que tous les autres signaux étaient présents. Alors, on a décidé de m'opérer.

On m'a annoncé le 21 juin que je n'avais pas de cancer, le jour même de mon anniversaire! C'était le plus beau cadeau que je pouvais recevoir. La tumeur était en fait polype qu'il allait falloir enlever. On a tout reconstruit, et maintenant c'est terminé. J'ai simplement des rendez-vous de coloscopie et que vous confirme que je vais m'y rendre!»

Quel soulagement de savoir que tout va mieux pour le comédien et metteur en scène. Après avoir craint le pire, c'est comme une deuxième naissance que de se faire dire que finalement il n'y a pas à craindre. Voilà une histoire qui fait réfléchir. 

Partager sur Facebook
730 730 Partages

Source: La Semaine
Crédit Photo: Capture d'écran YouTube