L'animateur Luc Lavoie cause une fois de plus la controverse avec ses propos sur les Québécois

Des fascistes, les Québécois?

Publié le par Monde de Stars dans Nouvelles

Décidément, l'animateur controversé Luc Lavoie n'a pas pris la résolution de se faire plus d'amis en 2019...

Après avoir fait les manchettes plus souvent qu'à son tour avec des propos incendiaires dans les deux dernières années, le chroniqueur politique en remet en ce début d'année, notamment en traitant assez directement les Québécois qui sont pour la loi sur la laïcité proposée par François Legault, qui empêcherait notamment les enseignantes de travailler avec un symbole religieux, comme le voile.

"(C'est un) projet rétrograde de François Legault de procéder au congédiement de femmes compétentes parce qu’il parait que les Québécois n’aiment pas ce qu’elles portent sur la tête. Le début du fascisme." -Luc Lavoie, Facebook

Selon les plus récents sondages, la majorité des Québécois est en accord avec le projet de loi de la CAQ et de son chef François Legault... si l'on se fie à la logique de Luc Lavoie, cette majorité appuierait donc le début du fascisme au Québec.

Évidemment, sous sa publication, de nombreux internautes s'insurgent:

"Ce n'est pas ce qu'elles portent sur la tête qui est dangereux... C'est le système de croyances qu'elles ont dans la tête, à mon avis", écrit l'un d'entre eux.

"Nous ne pouvons défendre l'indéfendable", écrit un autre. "Un symbole de soumission et de dénigrement de la femme n'a pas sa place dans l'institution publique. Le jour où tant les hommes et les garçons porteront ce symbole on en reparlera, d'ici là les droits des femmes prédominent sur le droit à la religion à mon humble avis".

Mais ces arguments n'ont pas réussi à convaincre Luc Lavoie, qui a cru bon répondre à ce dernier commentaire en traitant son auteur de raciste.

"Vous ne savez pas de quoi vous parlez. Vos propos ne servent qu’à tenter de dissimuler votre évident racisme", a-t-il sèchement répondu. "C’est pourtant simple: ces droits sont protégés par la charte universelle des droits humains, la charte québécoise des droits et libertés et la charte canadienne des droits et libertés. On ne retire pas des droits à des citoyens canadiens, encore moins quand ils ne les ont jamais exercés. C’est pourtant simple à comprendre."

En tout cas, 2019 ne fair que débuter et déjà, le débat sur les symboles religieux est reparti de plus belle... et vous, appuyez-vous le projet de loi de la CAQ que Luc Lavoie déplore tant?

Source: Facebook · Crédit Photo: Facebook