Jonathan Roberge s'ouvre pour la 1re fois sur ses problèmes de santé mentale dans une entrevue bouleversante

Une entrevue bouleversante

Publié le par Monde de Stars dans Nouvelles
Partager sur Facebook
0 0 Partages

Quand on pense à Jonathan Roberge, on a l'image d'un mâle viril, tatoué avec une grosse voix et une barbe impressionnante. Mais ce n'est pas parce qu'on projette l'image d'un tough que la vie est toujours rose. L'humoriste en sait d'ailleurs quelque chose, lui qui souffre d'anxiété, d'attaques de panique, qui a déjà vécu une période de dépression sévère et qui a même déjà pensé au suicide.

C'est en entrevue avec Bianca Gervais que Jonathan Roberge s'est ouvert pour la toute première fois sur ces sujets délicats dans une entrevue à coeur ouvert, franchement très émouvante.

Voici la fameuse vidéo en question:

« Pour la première fois je raconte mon histoire à Bianca Gervais❤️
et trust moi... pas la dernière fois que tu vas m'entendre parler de ça...
J'ai zéro honte l'ami(e) et tu ne devrais pas non plus...

Une capsule à voir à l'occasion de la Journée mondiale de la santé mentale.

Pssst: besoin d’aide pour toi ou un proche? Appelle la ligne québécoise de prévention du suicide 1 866-APPELLE (277-3553) ? »

À LIRE ÉGALEMENT:

Maripier Morin a relevé un grand défi en posant complètement nue «Je n'aime pas mes seins»

Khate, la 1re trans de l'histoire d'Occupation Double, a trouvé l'amour à son retour au Québec

Jay Du Temple révèle finalement qui est la taupe à Occupation Double et le public est furieux

Maripier Morin explique finalement les raisons de sa séparation avec Brandon Prust «Je l'aime et je vais l'aimer toute ma vie

10 photos très sexy de Jennifer, la candidate qui vient d'être exclue d'Occupation Double

***

« Le souvenir le plus lointain que j'ai de l'anxiété c'est en deuxième année. Je suis dans l'autobus et la gorge se serre. Je pensais que je faisais une réaction allergique aux oeufs, je venais de manger une omelette, alors j'ai demandé au chauffeur d'aller me reconduire chez nous. Il n'y a pas de sensibilisation à ça. Il y a de la sensibilisation à se laver les mains parce que tu touches une poignée de porte, mais il n'y a pas de sensibilisation au petit gars ou à la petite fille dans ta classe qui a vraiment besoin d'aide. 

Ma première vraie attaque de panique j'avais 27 ans, je ne savais même pas que ça existait. Je viens d'avoir un enfant, je venais de lâcher mon métier de photographe, donc je me pitchais dans le vide, et mon ex tombe enceinte, alors que notre couple battait un peu de l'aile. Alors je me suis mis à angoisser sur l'argent. Avant ça je m'en foutais, je faisais du stand-up, j'amassais juste assez pour le loyer et j'espérais que ma carrière lève. La game venait de changer. Et je vais m'en rappeler toute ma vie, je m'en allais donner un show à Montréal, et dans la voiture en m'en venant, je m'en rappelle à peine du voyage. Tout est flou, je suis rentré dans un dépanneur et je me suis écroulé. Boom, je tombe à terre. Je pensais que je faisais une crise cardiaque, tout mon visage est devenu engourdi, c'était l'attaque de panique subite. Je ne sentais plus mes jambes. Je me suis dit que j'étais en train de crever, que j'avais une malformation cardiaque, mon coeur battait tellement vite. J'étais sûr que j'allais mourir parce que la partie frontale du cerveau s'éteint. 

J'ai fait ensuite une dépression majeure avec trouble agoraphobique. Je n'étais plus capable de sortir de chez moi. Je paranoïais tout le temps et je refusais de prendre mes médicaments parce que pour moi c'était une faiblesse, je me disais que j'allais développer une accoutumance et que je n'allais pas réussir à vivre le restant de mes jours. J'avais peur des effets secondaires de l'antidépresseur. 

Il y a un matin où je m'étais dit: Ok, c'est assez, c'est fini. Même si j'ai un enfant, je souffre trop. J'étais engourdi, j'étais déconnecté de la réalité. Et au moment où je sortais de la douche et où j'allais faire une niaiserie, ça a cogné à ma porte et c'était une de mes amies, Catherine, et elle m'a dit: "Moi et ton frère on s'est parlés avec une couple d'amis et on s'est dit que t'étais bizarre depuis une couple de jours et qu'on ne veut pas te laisser tout seul". Mon frère est arrivé deux heures après avec un PlayStation qu'il avait acheté, il m'a dit "On te laissera jamais tout seul dans la maison dorénavant tant que tu ne vas pas chercher de l'aide." 

Si ce n'était pas de ces gens-là cette journée-là, je ne serais pas là aujourd'hui. Et en allant parler à la psy, elle m'a dit qu'il fallait que j'accepte que le médicament c'était peut-être l'équivalent de mon petit café le matin dont certains ont besoin pour fonctionner. Toi t'en as pas besoin de café, mais t'as besoin de cette petite pilule-là. T'as la chance d'être né à cette époque-là. Prends la la pilule. 

Il faut écouter nos enfants. Juste ça. L'écouter et le rassurer. Lui dire qu'il n'est pas fou. Quand t'es un anxieux et que tu fais des crises de panique, t'as besoin de te faire rassurer. Et il ne faut pas avoir peur d'aller chercher de l'aide. »

Partager sur Facebook
0 0 Partages

Source: Facebook Jonathan Roberge
Crédit Photo: Facebook