Jean-Luc Mongrain pète sa coche contre l'attitude des médecins spécialistes

Wow!

Publié le par Monde de Stars dans Nouvelles
Partager sur Facebook
0 0 Partages

Jean-Luc Mongrain a fait une montée de lait, mercredi, suite à la conférence de presse du premier ministre François Legault et du message qu'il a lancé aux médecins, tout particulièrement les médecins spécialistes.

« Bonjour tout le monde, j'étais pour vous parler aujourd'hui de la relation que nous avons avec les aînés, déclare Jean-Luc Mongrain dans une vidéo publiée sur sa page Facebook. À l'évidence, avec la conférence de presse que vient tout juste de donner aujourd'hui le premier ministre du Québec qui fait un appel à tous, qui fait presque un appel sous les drapeaux implorant un effort de guerre collectif, je me dois un peu de modifier ce que je voulais vous dire et je garderai pour une autre fois le commentaire que je voulais vous faire sur la relation que l'on entretient avec les aînés. 

Effectivement, il y a eu une demande qui a été faite par le gouvernement aux médecins spécialistes et aux médecins omnipraticiens d'aller donner un coup de main dans les CHSLD parce que la situation là est devenue une crise humanitaire comme l'a dit la ministre de la Santé et des Services sociaux Danielle McCann. 

Évidemment, ces médecins, plusieurs sont très courageux et vont par générosité aider à l'étranger. Mais maintenant, le problème et le mal il est ici. Et l'affaire à sauver c'est ceux qui nous ont ouvert le chemin dans cette société, c'est à dire nos aînés. Même ceux qui ont payé des impôts pour que ces gens puissent étudier en médecine et devenir l'élite de notre société.»

Voici la vidéo en question qui a été publiée, mercredi, sur la page Facebook de Jean-Luc Mongrain:

Voici d'autres publications faites au cours des derniers jours sur la page Facebook de Jean-Luc Mongrain:

« Le premier ministre a fait le constat aujourd’hui que notre réseau de centres pour personnes âgées a failli à la tâche et que ça ne date pas d’hier que nous vivons une pénurie de main d’œuvre et un manque de valorisation des travailleurs. On récolte donc à cause de cette crise les conséquences de ce retard qui date de plusieurs années.

Ça me fait penser aux drames qui, dus à un sous financement et à un manque de ressources, se vivent chez les enfants de la DPJ. Ça a donné lieu à des enquêtes de police et du coroner, à plus de maltraitance et à la mort d’une fillette, menant à la création de la Commission Laurent.

Le drame de la résidence de Dorval lui aussi entraîne des enquêtes de police, de santé publique, du coroner, du ministère de la santé. Bravo! Mais on savait depuis longtemps dans les officines et les coulisses de l’administration de la santé que des problèmes sérieux existaient dans ce centre et sans doute dans d’autres. Qu’est ce qui s’est fait? Pas grand-chose! Ça aussi on en connaît aujourd’hui les conséquences. »

« La situation inacceptable du CHSLD privé Herron de Dorval où de nombreux décès sont survenus, sans doute dû à la négligence de la direction de l’établissement et à son refus de collaborer, a incitée le premier ministre à intervenir. Il y aura une enquête policière sur les circonstances ayant menées à ce drame.

Ça ne date pas d’hier que l’on dénonce le traitement fait aux aînés dans certaines résidences privées. L'isolation, la difficulté à obtenir une place en institution et la peur de dénoncer tant chez les résidents que chez le personnel, sont autant de conditions pouvant entrainer de la négligence, de la maltraitance et de l’exploitation chez ces plus vulnérables de nos concitoyens.

Il est à se demander si notre système à deux vitesses (privé et public) ne serait pas à revoir. J’ai été renversé d’apprendre que le gouvernement a dû obtenir une ordonnance de la cour afin d’avoir accès aux dossiers des patients de la résidence Herron. Il est temps de mettre en place des contrôles serrés dans ce type de résidences. Fini le temps des abuseurs, des marchands de vieillards et des exploiteurs des plus faibles. Le réseau public a sans doute lui aussi ses défis mais si tout n’y est pas parfait, le contrôle et les règles de l’état y sont solidement implantés.

Est-ce que l’on ne devrait pas penser à intégrer toutes les résidences de soins de longue durée au réseau public? »

Partager sur Facebook
0 0 Partages

Source: Facebook Jean-Luc Mongrain · Crédit Photo: Facebook Jean-Luc Mongrain