François Legault perd patience et remet les pendules à l'heure «C’est ridicule!»

Tous les détails à l'intérieur

Publié le par Monde de Stars dans Nouvelles
Partager sur Facebook
0 0 Partages

C'est jeudi soir qu'avait lieu le débat des chefs en anglais, dans le cadre de la campagne électorale fédérale. Justin Trudeau, Erin O'Toole, Jagmeet Singh, Annamie Paul et Yves-François Blanchet ont présenté leur vision du Canada aux millions d'électeurs qui étaient rivés devant leur téléviseur, mais ce sont les journalistes qui ont volé la vedette avec des questions controversées.

Notamment, le chef du Bloc Québécois a été la cible d'une question qui a fait couler énormément d'encre. L'animatrice Shachi Kurl lui a demandé comment il pouvait appuyer des mesures « discriminatoires » comme la Loi 21 et le projet de loi 96.

« Vous pouvez répéter autant de fois que vous voulez que ces lois sont discriminatoires. Nous disons qu’elles sont légitimes », a répondu Yves-François Blanchet.

Les réactions ont été nombreuses et le premier ministre du Québec a tenu à prendre la parole via un texte publié sur sa page Facebook.

Voici la publication que François Legault a faite sur sa page Facebook, vendredi, au lendemain du débat des chefs en anglais:

Le premier devoir d’un premier ministre du Québec, c’est de défendre la nation québécoise, la langue française et ses valeurs.

Hier soir, pendant le débat des chefs des partis fédéraux, on a entendu une attaque en règle contre la loi 21 sur la laïcité et le projet de loi 96 sur le français. Ces lois sont parfaitement légitimes. La loi 21 a été adoptée démocratiquement et elle est fortement appuyée par les Québécois. Le projet de loi 96, c’est l’extension de la loi 101. Prétendre que de protéger le français au Québec est discriminatoire ou raciste, c’est ridicule.
On ne va pas se faire donner des leçons là-dessus par personne. Quoiqu’on dise et quoiqu’on fasse à Ottawa, le Québec est une nation libre de protéger sa langue, ses valeurs et ses pouvoirs.
Ce que je demande, c’est de tenir compte des intérêts du Québec. Et notre intérêt, c’est d’avoir plus d’autonomie, pas moins. Il y a trois partis qui veulent décider à notre place de nos priorités dans nos propres champs de compétence. J’invite les Québécois à prendre ça en considération dans leur choix le 20 septembre prochain.

Je ne m’excuserai certainement pas de défendre notre langue, nos valeurs et nos pouvoirs. C’est mon devoir comme premier ministre du Québec.

Voici ce qu'Yves-François Blanchet avait à dire en conférence de presse, suite au débat de jeudi soir:

Partager sur Facebook
0 0 Partages

Source: Facebook François Legault · Crédit Photo: Facebook François Legault