Étienne Boulay livre un témoignage coup de poing sur sa dernière rechute et sur comment il s'en est sorti

Beau témoignage!

Publié le par Monde de Stars dans Nouvelles

Étienne Boulay était de passage sur le plateau de La Tour, mercredi soir, dans un épisode consacré à notre rapport à l'alcool. L'ancien footballeur professionnel est complètement sobre depuis plus de quatre ans, après avoir fait face à de lourds problèmes de consommation. L'animateur s'est confié avec beaucoup de transparence à Patrick Huard, dans un moment de télévision particulièrement fort et porteur.

Voici un extrait des propos d'Étienne Boulay:

« Il y a quelque part en cours de route que j'ai commencé à l'échapper. Rendu chez les Alouettes, je ne sais pas si c'est à cause de la popularité ou l'argent, j'ai commencé à fêter. J'ai commencé à tout faire à fond. Sur le terrain j'y allais à fond, dans les partys sur St-Laurent les samedis soirs, j'y allais à fond aussi. Ça a fonctionné un bout de temps. Moi c'était la coke mon problème. Je ne veux rien qui peut me ralentir. J'ai besoin de performer, j'ai besoin d'être réveillé et d'être allumé. Ça a commencé comme ça, ça se gérait au début mais après la commotion, j'étais tellement brûlé et fatigué tout le temps que c'est devenu un outil pour feeler normal. Pour me redonner un semblant d'énergie et une motivation à faire de quoi de ma peau. Sinon je restais chez nous à rien faire.

En 2011, on a mis un stop à ma saison à cause de ma commotion et des problèmes que j'ai eus, il y a trois de mes coéquipiers qui sont venus me faire une intervention. J'ai fait une thérapie cachée, en secret, je ne voulais pas que ça se sache. Mais ça a semé une graine. Moi j'ai été on and off, j'ai chuté et rechuté pendant six ans. Jusqu'en janvier 2017 où là j'étais vraiment tanné. Et dans ces années-là j'ai laissé tomber les gens qui m'aimaient et qui étaient loyaux pour me tenir avec d'autre monde qui consommaient comme moi. Ça venait me déculpabiliser. Quand tout le monde autour de toi consomme de la coke, t'as l'impression que c'est normal. 

Ensuite de ça je me suis rendu à consommer tout seul et avoir tellement honte. Je suis un ancien athlète professionnel, je suis supposé être un exemple de santé. J'animais un show pour les kids, je donnais des conférences pour les enfants, j'étais supposé être un modèle pour eux autres et le soir je m'en vais sniffer

Ça m'a vraiment consumé. Jusqu'à ce qu'en 2017 j'accepte d'aller chercher de l'aide pour vrai. De le dire publiquement aussi ça m'a aidé. Il n'y a plus de porte de sortie. 

L'odeur, le goût de l'alcool ne me dérange pas. Que toi tu prennes un verre, ça ne me dérange pas. Mais aussitôt que je ressens l'effet, ça m'amène une obsession vers autre chose. Donc ultimement, c'est aussi dangereux. Entre 2011 et 2017 j'ai fait un an d'abstinence. Et après cette année-là j'allais bien, mes relations avec ma blonde et ma famille étaient rétablies, je recommençais à avoir de la job, les gens recommençaient à avoir confiance en moi...j'ai donc pensé que j'étais guéri. 

Je me suis dit que je ne prendrais plus de drogue, mais un petit verre. En dedans de deux semaines j'étais reparti et ça a duré un an ma rechute. Au lieu d'avoir honte de cette période-là, je choisis de me dire que je suis chanceux d'avoir rechuté parce que je sais où ça mène. J'ai une expérience que je ne veux plus répéter. »

Voici un segment de l'entrevue, qui a été publié sur le compte Instagram de La Tour:

Et voici une publication qu'Étienne Boulay a faite sur Instagram le 6 janvier dernier pour souligner quatre ans de sobriété:

« 4 ans de sobriété aujourd’hui • Il y a 4 ans jour pour jour, je l’échappais pour la millième fois. J’avais essayé d’arrêter de consommer tellement de fois et ça n’avait jamais réellement fonctionné. J’ai presqu’abandonné ce jour-là, me disant que je n’y arriverais jamais. Mais avant de lancer la serviette et de commettre l’irréparable, j’ai décidé de demander de l’aide. Juste un petit “aide-moi stp”. Juste ça. Pis me voilà 4 ans plus tard! Ce qui était ma plus grande faiblesse est aujourd’hui devenu une force. Ça prend un point de départ. Un pas à la fois, aussi petit soit-il. Si tu files pas, demande de l’aide. »

Source: La Tour · Crédit Photo: La Tour