En deuil, Jean-Thomas Jobin rend un magnifique hommage à son père

On lui envoie toutes nos pensées les plus positives

Publié le par Monde de Stars dans Nouvelles
Partager sur Facebook
223 223 Partages

C'est le cycle normal de la vie et on sait tous que ça finit inévitablement par arriver. Mais on n'est jamais vraiment prêt à perdre ses parents, ceux qui nous ont élevé et qui ont tellement pris soin de nous au moment où on était complètement dépendants d'eux et vulnérables. On aimerait qu'ils restent toujours à nos côtés, mais la triste réalité de la vie est bien différente.

L'humoriste Jean-Thomas Jobin en sait d'ailleurs quelque chose, lui qui a perdu ses deux parents au cours de la dernière année. Samedi, il a publié sur sa page Facebook il magnifique hommage à son père, décédé il y a aujourd'hui un an.

Voici le message en question:

«Un an! 365 jours depuis ton départ mais il ne s'en passe pas un sans que je pense à toi et au grand privilège que j'ai eu de vous avoir eu comme modèles Maman et toi. J'aurai une grosse pensée pour toi ce soir sur scène car je te dois une si grande partie de la belle vie, que j'ai la chance d'avoir. Merci Papa! ❤️»

Dans les commentaires, de nombreux fans y sont allés de messages d'encouragement et de soutien envers Jobin. En voici quelques-uns.

«Toujours triste ce genre d'anniversaire!!? sur un autre sujet, bien hâte à ce soir venir te voir sur scène! (Je suis venu à ton rodage au début du show et là je revient voir à la fin! Pas mal hâte de voir la différence)!!»

«J'ai une douce pensée pour toi Jean-Thomas Jobin (officiel)... Je te donne un calin virtuel et un bisou sur la joue!! Rappel toi qu'il est toujours avec toi, et ne te quitte jamais!!»

«C'est sur que d'en haut il est fier de toi ! »

En août dernier, Jobin avait également publié un touchant message pour annoncer le décès de sa mère. Voici le message en question.

«C'est avec un coeur immense de chagrin que je vous apprends le départ tard hier soir de ma tendre et adorée maman Margo, à l'âge de 80 ans, après une très courageuse lutte de 6 ans avec la maladie. C'est si dur. Si dur. Je peine à trouver les mots. Mais je vais essayer car je tiens à ce que la planète entière sache à quel point j'ai été un enfant enseveli d'amour. Dans ma tête, je croyais que ma mère atteindrait 100 ans. Peut-être parce que je le souhaitais si profondément. J'ai donc l'impression que la vie me prive de 20 ans avec elle. Mais je tente de le voir du bon côté en me disant que la vie m'a choyé de sa douce et englobante présence maternelle pendant 42 ans. Je suis privilégié.

Malgré qu'elle était elle-même très malade, elle tenait à partir après mon cher papa, qui nous a quitté il y a 5 mois. Parce que le voyant mal en point, elle voulait prendre soin de lui jusqu'à la toute fin. Avec une générosité sans limites. S'oublier. S'oublier pour penser aux autres, c'est une chose que ma mère faisait avec une facilité déconcertante. Aimer sans condition, donner, aimer. Aimer avec tant de pureté, parce que l'amour était toujours son 1er réflexe. Comme le battement d'ailes l'est pour l'oiseau. Je me suis senti TELLEMENT AIMÉ. Dans des multiples mots. Dans des petits et gros gestes d'affection et de douceur. Une gigantesque doudou d'amour et de tendresse.

2017 continue d'être une année extrêmement éprouvante pour ma famille. Je veux souligner le courage et la force hallucinante de ma grande soeur Nathalie qui est d'une immense et touchante dévotion au travers tout ce que l'on vit depuis plusieurs années. Merci tellement d'être là.

Très chère Maman, malgré que tu seras dans mes pensées chaque jour, le manque sera gigantesque. Tu me manques déjà. Je me rassure en me disant que tes souffrances sont terminées et qu'hier, tu es partie paisiblement, dans un concert de mots d'amour, et que tu vas retrouver notre adorable Papa, ton cher François.

Je ne pourrai jamais remercier assez la vie de t'avoir eu comme Maman. Et je ne pourrai jamais te remercier assez pour tout ce que tu as fait pour moi. Tu as un coeur d'or. Comme je me plais souvent à dire: "Un être humain à cloner".

Je pourrais citer un grand nombre d'exemples de choses qui me manqueront, tels des trucs rigolos de mère absurdement inquiète qui fait le suivi sur l'étanchéité de ses pots de soupes. Mais ce qui me manquera le plus, c'est tes "je t'aime", lancés à des moments impromptus, avec un petit sourire, en plein milieu de rien. Comme si tu étais submergée par l'envie de le dire.

Alors maman, je te l'ai dit maintes et maintes fois mais je te le redis à l'instant, pas à l'impromptu mais avec une résonance fortement émue: Je t'aime. xx»

On en profite pour envoyer toutes nos pensées les plus positives vers Jean-Thomas Jobin et ses proches. 

Partager sur Facebook
223 223 Partages

Source: Facebook · Crédit Photo: Facebook