En colère, Denise Bombardier dénonce une institution québécoise

Elle est en beau fusil!

Publié le par Monde de Stars dans Nouvelles
Partager sur Facebook
1,354 1.4k Partages

Denise Bombardier a beaucoup fait jaser dans les dernières semaines, notamment en raison de son récent passage à l'émission Tout le monde en parle...

On se rappellera aussi qu'une de ses chroniques à propos du voile islamique avait soulevé l'ire de plusieurs personnes il y a deux semaines... Et bien voilà que la chroniqueuse en rajoute ce matin dans le Journal de Montréal, et cette fois, elle vise directement la Fédération des femmes du Québec (FFQ).

"Il faut s’attendre à ce que la FFQ se prononce bientôt en faveur du voile, burqa et tchador compris. Au nom justement du libre choix de la femme", écrit Denise Bombardier, qui ne considère pas que la Fédération des femmes du Québec ne représente la majorité des femmes du Québec. "La Fédération des femmes du Québec (FFQ) est dirigée par Gabrielle Bouchard, une transgenre (...). La FFQ reconnaît désormais la prostitution comme un travail choisi librement par des femmes. Cette proposition a été adoptée sans la présence des médias, exclus des discussions générales."

Selon elle, le simple fait que la dirigeante de la FFQ Gabrielle Bouchard soit transgenre disqualifie l'organisation. 

"La FFQ, dirigée par une trans, ne peut pas représenter les femmes. Je l’ai écrit moi-même au moment de l’élection de Gabrielle Bouchard et nombre de femmes et d’hommes partagent ce point de vue. Mais la rectitude politique, une idéologie nocive, sème la terreur intellectuelle et sociale dans les médias et dans les instances politiques, où l’on n’ose pas dénoncer ces dérives.

Le combat des trans n’est pas le combat des femmes hétérosexuelles ou lesbiennes, car l’égalité des sexes n’est pas à l’ordre du jour. Car cette égalité participe d’une lutte collective. Les trans se revendiquent au nom de leur individualité. Comme les militantes du voile."-Denise Bombardier, Journal de Montréal

Pour la chroniqueuse, il ne fait aucun doute que les véritables motivations de la FFQ soit d'abolir complètement la notion de masculin et de féminin, comme le souhaite les plus radicales des féministes depuis quelques années.

"En commission parlementaire à Québec, Gabrielle Bouchard a déjà déclaré que l’idéal serait d’abolir les genres masculin et féminin. L’été dernier, lors d’un défilé de la fierté gaie, Justin Trudeau n’avait plus à la main le drapeau gai, mais celui des transgenres. Eh oui!", conclut Denise Bombardier.

Sans grande surprise, les propos de madame Bombardier ont été fortement critiqués et dénoncés sur les réseaux sociaux... Et vous, vous en pensez quoi?

Partager sur Facebook
1,354 1.4k Partages

Source: Journal de Montréal
Crédit Photo: Facebook