Des propos de Richard Martineau jugés misogynes soulèvent l'indignation sur le web

Un texte qui passe mal!

Publié le par Monde de Stars dans Nouvelles
Partager sur Facebook
0 0 Partages

Richard Martineau est un habitué des controverses, mais même lui ne s'attendait probablement pas à générer autant d'indignation aujourd'hui...

Sa chronique publiée dans le Journal de Montréal ce matin, intitulée "La haine des hommes", a fait grand bruit sur les réseaux sociaux.

Dans ce texte, le chroniqueur polémiste opine que les hommes seraient victimes d'un double standard quand vient le temps de dénoncer le sexisme, écorchant au passage l'auteure féministe Martine Delvaux, qu'il vise à la fin de son texte. C'est ce passage qui a particulièrement déplu à plusieurs internautes.

"(...) Martine Delvaux, cette féministe qui passe son temps à vomir sa haine et son mépris des hommes. Si un homme hétérosexuel disait le quart du tiers du dixième de ce que dit Martine Delvaux sur les hommes à propos de n’importe quelle minorité, il serait barré des médias à vie. Mais madame Delvaux, elle, est invitée partout. Faut croire que le sexisme est répugnant, sauf quand il vise les hommes. Que le racisme est dégueulasse, sauf quand il vise les blancs. Et que dévaloriser un individu sur la seule base de son orientation sexuelle est horrible, sauf quand on cogne sur un hétéro. Ben coudonc." -Richard Martineau

Sur sa page Facebook, la principale intéressée a répliqué au chroniqueur (avec qui elle n'en est pas à ses premiers démêlés).

"Et c'est moi qui suis haineuse", écrit Martine Delvaux avant d'ajouter "Mon cher Richard, tu commences à me les taper."

Elle a aussi publié une photo d'un graffiti pour narguer le chroniqueur, graffiti sur lequel on peut lire "I can make grown men cry (je peux faire pleurer des hommes adultes"

Sous la publication de Martine Delvaux, plusieurs personnes lui ont montré leur soutien. 

"J’aime bien le regarder se débattre dans un monde qui change sans lui", écrit une internaute. "Parce que, qu’il le veuille ou non, le monde change et, en effet, les gens de son espèce sont en voie d’extinction. On ne manque pas d’hommes dignes de ce nom pour prendre sa place. Ciao-bye."

Partager sur Facebook
0 0 Partages

Source: Journal de Montréal · Crédit Photo: Facebook