Des nouvelles infiniment tristes de Jacques Demers

Tous les tristes détails à l'intérieur...

Publié le par Monde de Stars dans Nouvelles
Partager sur Facebook
880 880 Partages

Jacques Demers a toujours été un battant. L'ancien entraîneur du Canadien fait face au plus important combat de sa vie, depuis qu'il a été terrassé par un AVC, le 6 avril 2016.

À l'approche des Fêtes, on a eu des nouvelles de Demers, grâce à une chronique du journaliste Pierre Durocher, qui lui a rendu visite en compagnie d'un autre ancien coach du CH, Guy Carbonneau.

Ce qui saute aux yeux, en lisant le texte de Durocher, c'est que Jacques Demers, même si son esprit est encore bien allumé, il est désormais prisonnier de son corps. Tout le côté droit de son corps est paralysé, alors il répond par oui ou non et il essaie de parler le mieux possible avec ses yeux. Mais selon les dires de Durocher, la frustration est bien palpable chez le coach lorsqu'il tente d'en dire plus que ça.

Jadis, Demers était un verbomoteur qui ne tenait jamais en place. Aujourd'hui, il est cloîtré dans une chambre d'un centre de réadaptation.

Voici certains extraits du texte de Pierre Durocher, publié sur le Journal de Montréal.

Durant les 30 minutes qu’on a pu passer en compagnie de Jacques Demers à l’hôpital, à quelques jours de Noël, on l’a surtout senti heureux lorsque Carbonneau et l’auteur de ces lignes ont discuté de sujets reliés au hockey et au Canadien. Il aurait tellement aimé être en mesure de participer à la conversation.
Ça lui manque terriblement de pouvoir donner son opinion sur le rendement du club qu’il a dirigé vers la conquête de la coupe Stanley en 1993, comme il le faisait avant de subir un accident vasculaire cérébral.

On apprend également que ses sorties sont peu nombreuses et que les déplacements sont particulièrement difficiles. Voici un autre extrait qui nous démontre bien l'état dans lequel se trouve Jacques Demers.

Son cœur reste toutefois rempli d’amour et de compréhension. Ses yeux transmettent toujours la même bonté. « Jacques, je veux que tu saches qu’on pense souvent à toi et qu’on t’aime. Tous les gars de l’émission L’Antichambrete saluent », lui lance chaleureusement Carbonneau avant de quitter la chambre, laissant son ancien mentor avec ses bons souvenirs d’une époque glorieuse pour le Canadien.

À l’extérieur de l’hôpital, un vent glacial souffle fort, mais Carbo est heureux que sa visite ait fait chaud au cœur à son ancien coach, qui a besoin de tout le réconfort possible.

On envoie toutes les ondes positives possibles à cet homme chaleureux et authentique. Joyeuses fêtes, coach!

Partager sur Facebook
880 880 Partages

Source: Journal de Montréal · Crédit Photo: Archives