Denise Bombardier lance un véritable cri du coeur à François Legault

Un véritable cri du coeur

Publié le par Monde de Stars dans Nouvelles
Partager sur Facebook
0 0 Partages

François Legault répète depuis une semaine que la situation qui prévaut actuellement dans les CHSLD est ni plus ni moins qu'une urgence nationale. Il a raison et lorsqu'on entend les chiffres donnés par le premier ministre, la ministre de la Santé et des Services sociaux Danielle McCann et le directeur national de santé publique du Québec, le docteur Horacio Arruda, lors de leur point de presse quotidien, on réalise à quel point la situation est tragique dans les résidences pour personnes âgées.

Denise Bombardier a adressé une lettre au premier ministre Legault, dans Le Journal de Montréal, et c'est un véritable cri du coeur que la chroniqueuse a adressé.

Voici un extrait de sa chronique que l'on vous suggère fortement de lire en intégralité sur le site du Journal de Montréal:

« Je crois sincèrement que votre tendance naturelle à croire que « tout va bien aller », qui vous a bien servi jusqu’ici dans votre parcours personnel et politique, vous a mal préparé à gérer pareille crise.   

Découvrir qu’un nombre effarant de personnes âgées meurent de la COVID-19 est pénible, mais cela était prévisible. D’ailleurs, c’est ainsi à travers le Canada et partout dans le monde.  

Mais que des vieillards meurent de faim et de soif au Québec, souvent enfoncés dans la confusion, souillés par leurs propres excréments, le corps couvert de plaies ouvertes, dans la solitude et la détresse faute d’un personnel qualifié, lui-même terrifié et exténué, ces scènes, à l’évidence, vous hantent comme nous tous. » 

De nombreux témoignages ont été publiés au cours des derniers jours et c'est assez fou de réaliser qu'une situation comme celle-ci puisse survenir en 2020 dans une société comme le Québec.

Denise Bombardier ajoute:

« Monsieur le Premier Ministre, expliquez-nous pourquoi « c’est un peu gênant » de faire appel à l’armée canadienne pour aider à remettre de la décence dans le soin aux malades puisqu’il manque 9500 employés dans le réseau de la santé. Des employés épuisés, contaminés eux-mêmes, déclassés socialement jusqu’à ces dernières semaines ou désormais paniqués à l’idée de contaminer leurs proches.  

Nous vivons le plus grand scandale québécois de l’époque.   

Monsieur le Premier Ministre, donnez-nous seulement l’espoir que vous allez remettre la dignité au cœur de la politique du Québec. »

Partager sur Facebook
0 0 Partages

Source: Journal de Montréal · Crédit Photo: Tout le monde en parle