Cancer d'Anick Lemay: La comédienne Sophie Bourgeois a eu une décision déchirante à prendre

Un contrat aussi touchant que troublant

Publié le par Monde de Stars dans Nouvelles
Partager sur Facebook
1,415 1.4k Partages

L'histoire d'Anick Lemay a bouleversé tout le Québec. Mais parmi toutes les personnes qui ont été touchées par l'annonce que la comédienne était atteinte par le cancer, Sophie Bourgeois est l'une de celles qui a été le plus directement affectée.

L'actrice, qui est à la fois une bonne amie d'Anick Lemay et une de ses collègues de travail sur la série L'Échappée, a vécu tout un choc lorsqu'elle a appris que son amie avait reçu la terrible nouvelle. Et dès le lendemain, elle était confrontée à un choix déchirant puisqu'on lui offrait de remplacer Anick Lemay pour un contrat qu'elle avait dû décliner en raison du cancer.

En entrevue avec le magazine La Semaine, la comédienne Sophie Bourgeois a raconté pourquoi elle a accepté de remplacer son amie Anick Lemay dans la pièce d'été Pierre et Marie...et le démon

«Avant la première lecture, je ressentais une espèce de fébrilité. C'était la première fois qu'on m'offrait un contrat aussi touchant et troublant, soit de prendre le relais d'une amie qui ne peut pas jouer dans une pièce parce qu'elle est malade. C'est un sentiment bizarre; je suis remplie d'émotions. J'ai su le mercredi que ma chum avait le cancer du sein, et le jeudi matin, on me téléphonait pour m'offrir son rôle... Je n'arrive même pas encore à mettre des mots là-dessus ni à décrire comment je me sens. Je vais porter Anick avec moi tout le temps que je jouerai dans la pièce. Sa photo va être sur le miroir de la loge, et je garderai même une petite photo d'elle sur mon sein gauche.»

Mais avant d'accepter le rôle, elle a bien évidemment pris la peine d'appeler son amie Anick Lemay pour s'assurer qu'elle était à l'aise avec la situation.

«J'ai lu le texte et, avant d'accepter le rôle, j'ai écrit à Anick. En même temps, je me sentais mal de la déranger pour lui parler de travail quand, pour elle, c'est un souci pas mal moins important que ce qu'elle traverse. Elle m'a juste dit: "Ben voyons, Sophie, accepte-le. Je suis contente pour toi, tu vas être heureuse." C'est une situation émotive pour tout le monde.»

«Ça concordait parfaitement avec mon horaire de travail et ma vie de famille. Si on n'avait pas fait appel à moi, ç'aurait été quelqu'un d'autre, alors je me dis que c'est aussi bien que ce soit moi, qui suis proche d'Anick.»

Le magazine Écho Vedettes rapportait récemment que le scénario de la série L'Échappée allait être modifié pour accommoder Anick Lemay. Voici ce que le magazine écrivait à ce sujet:

«La comédienne ne sera évidemment pas de retour immédiatement sur le plateau de la série L'Échappée, dont le tournage recommence bientôt. "Les producteurs avaient été avisés et ils ont adapté le scénario afin de lui laisser le temps de se reposer, nous a précisé la chaîne TVA. Son rôle de Noémie est conservé et Anick devrait être présente dans la prochaine saison." Par contre, la participation de la comédienne à la nouvelle production estivale du théâtre Sainte-Adèle a été mise sur la glace. Son rôle dans la pièce Pierre et Marie...et le démon sera repris par Sophie Bourgeois. Anick Lemay ne donnera aucune entrevue, mais prévoit informer le public de son état de santé, à son rythme.»

Plus tôt cette semaine, dans une troisième chronique publiée sur le site d'Urbania, Anick Lemay racontait comment elle avait vécu la suite de sa double mastectomie et notamment le moment où elle avait enlevé le bandage pour découvrir sa nouvelle poitrine. Voici un extrait de ce bouleversant texte:

«Imagine que tu es couché sur le dos, bien calé dans tes oreillers, sous une couette douce et chaude. La pénombre est parfaite, les sons sont sourds. Tu es entre le rêve et la réalité. Le calme est… pas si souverain que ça. T’as envie de pipi. C’est ça qui t’as réveillé, maudit. Faut que tu te lèves.

J’avais oublié, pendant mon sommeil.

Pendant les deux heures où les médicaments ont vraiment fait leur effet antidouleur, j’avais oublié pourquoi je dormais avec autant d’oreillers. Me servant de mon abdo et demi (j’en ai jamais eu beaucoup), je me suis donné un erre d’aller pis… ma poitrine a éclaté de l’intérieur.

Elle s’est déchirée, tordue, et m’a terrassée. Je suis retombée direct dans mes oreillers, le souffle coupé, les yeux grands ouverts, droite comme une planche. J’ai absorbé, obligée, cette douleur que je n’arrive pas encore à nommer correctement. C’est comme si je mangeais une volée par en dedans. Des clavicules aux premières côtes, en passant par les aisselles et le haut de mes bras, ça tire, déchire, cogne, arrache et… oppresse. Cette sensation d’avoir constamment vingt livres de béton sur les pectoraux. Tu inspires difficilement. Tout le temps.

Perdre ses seins, je te jure, c’est pas une mince affaire…

Pour personne.»

Partager sur Facebook
1,415 1.4k Partages

Source: La Semaine · Crédit Photo: Facebook/Urbania