Anick Lemay révèle de nouveaux bouleversants détails concernant son cancer

Un autre témoignage bouleversant de la comédienne.

Publié le par Monde de Stars dans Nouvelles
Partager sur Facebook
2,447 2.4k Partages

Il y a quelques semaines, on apprenait que la comédienne Anick Lemay était atteinte du cancer du sein. La jeune femme de 47 ans a ému tout le Québec avec son histoire, qu'elle documente dans une série de chroniques publiées sur le site d'Urbania.

À travers ses écrits, Anick Lemay nous démontre un courage et une force de caractère incroyables alors qu'elle raconte toutes les étapes à travers lesquelles elle passe avec une transparence et une ouverture bouleversantes.

Dans sa plus récente chronique sur Urbania, intitulée La machine à l'envers, la comédienne qui joue le personnage de Noémie dans L'Échappée relate sa première chimio, qu'elle devra ensuite refaire toutes les deux semaines. On vous invite fortement à lire le texte en intégralité sur le site d'Urbania.  

On apprend que son oncle, surnommé Monocle, fait de la chimio lui aussi, pour un cancer du poumon. Âgé de 80 ans, il l'avait rassurée avec un : « Inquiète-toi pas, la p’tite. Y’a rien là! Je pète le feu! »

Et pourtant... 

« Je pète pas le feu pantoute, Monocle. Quand j’ouvre les yeux après ma première sieste, mon lit bouge comme un bateau en pleine tempête et je m’enfonce dans mes innombrables oreillers. »

Elle nous amène à travers les journées qui suivent sa première chimio. Elle a la chance de compter sur celles qu'elle appelle ses « bonnes fées » pour l'aider au quotidien. 

« Jour un après la chimio.

Je vais un peu mieux, mais je suis encore sonnée. Je prends mon antivomi, de la cortisone pour fouetter mon corps et je commence les injections qui vont permettre à mes globules blancs de se refaire une santé en prévision de la prochaine chimio. Je peux pas croire qu’on prépare déjà la suivante…

Jour deux, même manège. Antivomi, cortisone, injection. Je regarde attentivement ma fée qui s’active sur la seringue, parce que demain je serai toute seule. Je devrai me piquer ou aller au CLSC. Et comme tu sais que j’ai une tête de cochon…

Jour trois. Antivomi. Injection. Facile. J’suis fière de moi, mais molle comme une guenille. Je passe ma journée à dormir. Sans la cortisone, mon corps s’effouère. Sans la cortisone, je dors dors dors… »

Arrivée à la quatrième journée, Anick est entourée de sa petite famille. C'est un grand moment pour elle : 

Aujourd’hui est un grand jour! Aujourd’hui, on rase mes cheveux. Pas bon pour le moral de les laisser tomber en touffes disparates, ça a l’air. Alors aujourd’hui, je prends les devants et je prends même un verre de blanc.

Elle prend du mieux chaque jour. Elle se prépare lentement à son prochain traitement. En attendant, on lui a offert une perruque. 

« Le magicien arrive en dernier. C’est mon cadeau. Il m’offre des cheveux. De toutes les longueurs, de toutes les couleurs. J’ai décidé de m’amuser. Tant qu’à… Merci, L’Échevelé. »

Vous retrouverez d'ailleurs trois looks de perruques qu'Anick s'est amusée à essayer dans le texte original. 

Merci Anick de partager ces moments avec nous et de nous permettre de vivre cette aventure avec toi. On te souhaite la force de te battre et on a déjà hâte de te revoir à l'écran une fois que tu auras vaincu ce maudit cancer!

Partager sur Facebook
2,447 2.4k Partages

Source: Urbania · Crédit Photo: Urbania