Anaïs Favron explique finalement pourquoi elle a refusé de participer à Big Brother Célébrités

Elle a vécu des périodes plus difficiles.

Publié le par Monde de Stars dans Nouvelles
Partager sur Facebook
0 0 Partages

Comme plusieurs Québécois, Anaïs Favron a vécu des moments difficiles durant la pandémie, ce qui l'a forcée à refuser de participer à l'émission Big Brother Célébrités. 

En entrevue avec le Journal de Montréal, elle a confié avoir vécu plusieurs drames qui l'ont amenée à refuser plusieurs propositions de projets. 

« En avril, on a entré mon père en CHSLD parce qu’il souffrait de démence. Je suis aidante naturelle deux fois par semaine, je dois aller nourrir mon papa. Ma tante s’est fait assassiner par son conjoint à l’Action de grâce. Et j’ai eu un diagnostic de maladie mentale », a-t-elle fait savoir.

Elle a confié que son père aurait voulu recevoir l'aide à mourir, en raison de la dégradation de son état de santé. Une telle demande lui a toutefois été refusée. Anaïs Favron a voulu demeurer à son chevet. 

« On est tous des victimes collatérales de la COVID... Oui, les gens doivent rester chez eux, mais moi, depuis le décès de ma tante, si je sens que quelqu’un ne "feel" pas, je me dis "fuck" la COVID, et je fais des câlins», a-t-elle avoué, en ajoutant que ses deux chiens, Gaston et Margaux, l'aidaient à surmonter cette période difficile. 

Elle a également raconté que son oncle avait tué sa tante au mois d'octobre. En raison de la pandémie, l'homme ne pouvait plus recevoir de soins en santé mentale. Dépressif et réagissant mal aux médicaments, il a donc assassiné sa conjointe, avant de mettre fin à ses jours. 

Anaïs Favron a de son côté elle-même dû faire face à une dépression en 2020. Elle a également reçu un diagnostic de douance. 

Avec tous ces drames, elle trouve tout de même la force de se lancer dans de nouveaux projets professionnels. Elle sera la vedette dès jeudi de l'émission 50 façons de tuer sa mère, sur les ondes d'Unis TV. Elle sera aussi de la distribution de Sans relâche, avec Laurent Duvernay-Tardif et Patrice Bélanger à Télé-Québec durant la semaine de relâche. 

On espère tout de même que l'année 2021 sera plus rose pour Anaïs Favron, avec plus de douceur et de joie que tous les drames auxquels elle a dû faire face en 2020.

Partager sur Facebook
0 0 Partages

Source: Journal de Montréal · Crédit Photo: Instagram