À VOIR: Vincent Graton raconte avec émotion l'adoption de sa Juliette et lance un message coup de poing au ministre

Un message coup de poing!

Publié le par Monde de Stars dans Nouvelles
Partager sur Facebook
0 0 Partages

Le sujet des congés accordés aux parents qui adoptent des enfants a défrayé la manchette, au cours des derniers jours, alors que le ministre du Travail Jean Boulet a présenté son projet de loi 51. Dans la version initiale, les congés accordés aux parents biologique et aux parents adoptant n'étaient pas les même. Suite à une mobilisation de partout au Québec, le ministre a finalement reculé, avec comme effet que tous les parents du Québec, qu'ils soient biologiques ou adoptifs, auront droit au même nombre de semaines de congé parental.

La situation a particulièrement touché Vincent Graton, qui a été d'une montée de lait très émotive, sur les ondes du 105,7 Rythme FM. Voici ce qu'il a déclaré, en racontant le moment où sa conjointe France Beaudoin et lui ont adopté leur petite Juliette.

« L'émotion monte, parce qu'on sait tous que dans quelques minutes, il y a une grande aventure qui va commencer. On sait que cette aventure-là sera pleine de joie, d'amour, mais on sait aussi qu'elle sera exigeante. Et que nous aurons besoin de beaucoup de temps, parce que les petites qui vont arriver bientôt sont blessées. Il faudra les apprivoiser pour que la confiance, pour que l'attachement se crée. On sait que l'histoire qu'on s'apprête à vivre va être grande, on sait que ce ne sera pas nécessairement un conte de fées. On n'est pas ici au pays de Mary Poppins ou de Walt Disney. Parce que les sept petites filles qui vont arriver bientôt auront besoin de soins pour retrouver la santé, pour combler certains retards de développement, pour guérir leurs blessures. Et tous les parents qui adoptent, en Chine, en Haïti, au Québec ou ailleurs le savent: nos enfants ont survécu à des expériences qui sont difficiles. 

La porte s'ouvre et on nomme les enfants un à un. Elles entrent à tour de rôle dans les bras des employés de l'orphelinat. Et puis notre fille apparait. C'est un moment qui est immense. C'est notre Juliette. Et puis ce moment où la nounou de l'orphelinat dépose Juliette dans les bras de France. On vit de quoi. Ce matin-là, il y a sept petites filles qui rencontraient leurs parents. Je n'entrerai pas dans les détails de notre aventure, je ne commencerai pas à raconter dans le détail ce que les enfants et leur famille ont vécu pour recoudre les liens, pour refaire la santé des enfants, pour combler les besoins. Mais ces familles-là ont eu besoin de temps. 

Or, quand le projet de loi 51 du ministre Boulet est sorti et qu'il ne donnait pas le même type de congé parental aux familles et qui créait même une distinction entre les congés accordés aux parents adoptant à l'étranger et aux congés accordés aux familles adoptant au Québec, j'ai bondi. J'ai d'autant plus bondi parce qu'on avait promis l'équité pendant la campagne électorale de la CAQ. Et ce matin, moi je m'en venais donner une méchante beurrée au ministre. Ma blonde et moi on a des enfants bios et adoptés, on sait ce que c'est les enjeux. Moi je m'en venais avec un bazooka chargé. Heureusement, suite aux pressions de parents de partout, le ministre a reculé et les nouveaux parents adoptant auront eux aussi droit à 55 semaines de congé. Alors merci à la solidarité active. Il faut désormais s'assurer que cette deuxième promesse soit écrite lors de l'étude du projet de loi. 

Moi je ne comprends pas encore ce qui a mené le ministre à la première version de son projet. Je ne la comprends pas celle-là. Mais, j'applaudis vraiment du fond du coeur sa décision de reculer. Je reconnaîtrai toujours ceux qui savent reconnaître un travail bâclé et qui ont le courage de le corriger. »

Voici l'entrevue en question, qui a été mise en ligne sur la page Facebook du 105,7 Rythme FM:

Partager sur Facebook
0 0 Partages